Contenu | Rechercher | Menus

Cet article est quasi obsolète ! Mais malgré l'âge d'Ubuntu 8.10, vous pouvez tout de même envisager de suivre ce tuto pour l'installation sur une version supérieure, RT étant aujourd'hui (Septembre 2010) toujours en version 3.8.x

Installation de Request-Tracker 3.8.2 sur Ubuntu 8.10

Request-Tracker est un outil de gestion des tickets d'incidents. Il est utilisé par de nombreuses sociétés et organisations telles que la NASA, le MIT et plusieurs universités américaines.

Ce dernier repose sur un serveur web, est codé en Perl et nécessite une adresse email dédiée pour être pleinement exploitable.

Du fait de la complexité pour mettre en oeuvre l'ensemble, ceci est plus une documentation rapide pour mettre en place cet outil.

Nous intéresserons donc uniquement à la mise en service de RT et non la configuration des différents serveurs nécessaires.

Nous partons du principe que l'installation du système est récente et que vous cherchez à installer RT sur une base MySQL, en utilisant mod_perl 2.xx qui est installé en standard avec Apache2.

Nous partons aussi du principe que vous ne voulez accéder à votre RT via

http://<votre serveur/nom de domaine>/rt/

Bien qu'il semblerait que le site puisse aussi être accessible par

http://rt.<<votre nom de domaine>>>/

Si vous comptez utiliser RT dans un cadre de production je ne saurais que trop vous conseiller de faire l'acquisition du livre rédigé par les créateurs de ce dernier: RT Essentials, qui s'avère être la seule référence pour administrer cet outil. Bien que la version couverte par ce dernier ne soit pas à jour, il s'agit d'un ouvrage à posséder absolument, ne serait-ce par les explications qu'il contient sur le bon usage et la bonne configuration de RT. Voir ici pour de plus amples informations.

Installation des serveur Apache2 PHP MySQL phpmyadmin

Tapez dans un terminal

sudo apt-get install php5 mysql-server apache2 gcc

Ou cliquez simplement sur le lien suivant si vous êtes sur Ubuntu. apt://php5,mysql-server,apache2,phpmyadmin,gcc

Récupération de l'archive de Request-Tracker

Cette commande récupère la dernière version officielle de RT, cette dernière peut ne plus correspondre à celle de ce tutoriel.

Tapez dans un terminal

wget http://download.bestpractical.com/pub/rt/release/rt.tar.gz

Ou cliquez simplement sur le lien suivant pour télécharger avec votre navigateur http://download.bestpractical.com/pub/rt/release/rt.tar.gz

Installation de Request-Tracker

Dans sa configuration standard, RT s'installe dans le répertoire /opt/rt3/

Tapez dans un terminal

cd <répertoire où se trouve le fichier rt.tar.gz>
tar -zxvf rt.tar.gz
sudo mv rt-3.8.2 /tmp
cd /tmp/rt-3.8.2/
sudo ./configure 
sudo make testdeps

Vous devriez normalement vous faire gentiment rappeler à l'ordre du fait qu'il manque de nombreuses dépendances et si votre installation est récente de la nécessité d'initialiser CPAN.

Pour se faire, tapez donc ceci

sudo perl -MCPAN -e shell

Vous devriez avoir tout un process de configuration, appuyez simplement sur la touche entrée pour valider toutes les demandes. Une fois que ceci est fait, pour sortir de CPAN, tapez

quit

Il manque toujours les dépendances de Perl. Pour y remédier, tapez

sudo make fixdeps

Attendez-vous à taper sur la touche Entrée de nombreuses fois avant la fin du processus d'installation ou utilisez la commande suivante qui répondra oui partout.

yes | sudo make fixdeps

Une fois fini, retapez

sudo make testdeps

Si vous avez un message indiquant qu'il manque des paquets refaites l'étape make fixdeps jusqu'à ce que tout soit installé.

Il peut arriver qu'un paquet ne s'installe pas de lui-même. Vérifiez les messages renvoyés par make fixdeps, ceux-ci contiennent généralement la commande à taper pour corriger le souci.

Les dépendances sont réglées, tout devrait être en place. Il ne reste plus qu'à taper

sudo addgroup rt
sudo newgrp rt
sudo make install

Configuration de Request-Tracker

Une fois que tout est fini

sudo make initialize-database

Si un problème survient, tapez simplement

make dropdb
sudo make install
sudo make initialize-database

Il faut maintenant penser à ajouter nos préférences dans le fichier de configuration de RT.

cd /opt/rt3/etc/
gksudo gedit RT_SiteConfig.pm

Et ajoutez juste avant la ligne contenant "1;"

Set($rtname, 'rt.<<votre nom de domaine>>');
Set($Organization , "<<votre nom de domaine>>");
Set($WebBaseURL , 'https://rt.<<votre nom de domaine>>');
Set($WebPath , '/rt');

Configuration de Apache

Tapez

gksudo gedit /etc/apache2/sites-enabled/000-default

et ajoutez-y le code suivant juste avant la balise </VirtualHost>

#RT is out of DocumentRoot
Alias /rt/ "/opt/rt3/share/html/"
<Directory /opt/rt3/share/html/>
        Order allow,deny
        Allow from all
</Directory>

PerlRequire /opt/rt3/bin/webmux.pl
<Location /rt/>
        AddDefaultCharset UTF-8
        SetHandler perl-script
        PerlHandler RT::Mason
</Location>

Il faut maintenant redémarrer Apache

sudo /etc/init.d/apache2 restart

En cas de problèmes avec PerlRequire il faut installer le module adéquat pour Apache.

sudo apt-get install libapache2-mod-perl2

Vous devriez maintenant avoir accès à RT.

L'utilisateur par défaut est "admin" et son mot de passe est "password".

Il reste néanmoins à configurer la gestion des emails, afin de permettre à RT d'accepter des tickets par email, ce qui peut s'avérer d'une très grande utilité.

Configurer la récupération des emails

Il faut savoir que RT est en mesure de gérer plusieurs files de tickets. Chacune pouvant être affiliée à une adresse email (un peu comme les mailing lists).

Nous voulons tout d'abord pouvoir récupérer nos emails.

Il suffit d'abord d'installer Fetchmail

sudo apt-get install fetchmail

ou cliquez sur:apt://fetchmail

Puis de le rendre actif en tant que Daemon. Pour cela, éditez le fichier /etc/default/fetchmailrc Et modifiez la ligne

Set START_DAEMON=no

en

Set START_DAEMON=yes

Editez maintenant le fichier /etc/fetchmailrc et ajoutez-y:

set daemon 60 # Vérifie toutes les 60s
set invisible
set no bouncemail
set no syslog 
set logfile /var/log/fetchmail.log # Ecrit toutes les erreurs et messages dans le fichier /var/log/fetchmail.log

# support@example.org pour la création de tickets
poll pop.example.org
        protocol pop3
        username "login-of-support-mailbox" password "verysecretpassword"
        mda "/opt/rt3/bin/rt-mailgate --queue <Nom de la queue voulue> --action correspond --url http://support.example.org/rt/"
        no keep

# support-comment@example.org pour les commentaires
poll pop.example.org
        protocol pop3
        username "login-of-supportcomment-mailbox" password "verysecretpassword"
        mda "/opt/rt3/bin/rt-mailgate --queue <Nom de la queue voulue> --action comment --url http://support.example.org/rt/"
        no keep

On crée maitenant le fichier qui va recevoir les erreurs et autres avertissements de Fetchmail

sudo touch /var/log/fetchmail.log
sudo chown fetchmail /var/log/fetchmail.log

Ma configuration requiert l'utilisation de GMail en mode IMAP. Il faut donc faire quelques étapes en plus. D'abord récupérer le certificat SSL de GMail et récupérer le code md5 correspondant :

openssl s_client -ign_eof -connect imap.gmail.com:993 > imap.cert
openssl x509 -fingerprint -md5 -in imap.cert | grep MD5

Copiez la suite de caractères quelque part, elle va nous servir dans le fetchmailrc.

poll "imap.gmail.com"
       with protocol IMAP
       user "user account" password "account password"
       nofetchall
       nokeep
       ssl
       sslfingerprint "la suite de caractères que vous avez récupéré plus haut"
       mda "/opt/rt3/bin/rt-mailgate --url http://<l'adresse de votre RT>/ --queue General --action correspond"

Voilà ! Il ne reste plus qu'à vérifier que RT reçoit bien les courriels qui lui sont adressés.

Envoyez donc un courriel à l'adresse email à tester.

Puis tapez dans un terminal afin de voir ce que fait fetchmail:

tail -f /var/log/fetchmail.log

Et dans un autre terminal

sudo /etc/init.d/fetchmail start

Vous devriez voir plusieurs messages indiquant que fetchmail trouve votre email envoyé précédement, et l'ajoute à RT dans la queue que vous avez choisi.

Afin de vous assurer que le ticket correspondant a bien été créé, allez donc faire un tour sur votre installation de RT. Ce nouveau ticket devrait être visible dans le dashboard.

Configuration de postfix pour Google Apps

Google Apps requiert de la part de votre serveur postfix d'être muni d'un certificat d'autentification afin d'accepter les courriers envoyés par votre serveur au nom de Google. Heureusement pour nous, Canonical a pensé à nous !

Pour cela, il suffit d'éditer le fichier /etc/postfix/main.cf Et de coller, à la place de la ligne

relayhost =

Le texte suivant:

# GMail as relayhost
relayhost = [smtp.gmail.com]:587
smtp_sasl_auth_enable = yes
smtp_sasl_password_maps = hash:/etc/postfix/sasl_passwd
smtp_sasl_security_options = noanonymous
smtp_tls_CAfile = /etc/postfix/cacert.pem
smtp_use_tls = yes

Une fois ceci fait, il faut créer le fichier sasl_passwd.

sudo touch /etc/postfix/sasl_passwd

Editez enfin celui-ci

sudo nano /etc/postfix/sasl_passwd

Et indiquez dedans votre identifiant pour Google Apps de cette façon:

[smtp.gmail.com]:587    user.name@gmail.com:<votre mot de passe>

Ceci fonctionne pour un compte Google, vous pouvez en ajouter autant que vous voulez à condition d'en mettre un par ligne.

Une fois ceci fait, il faut convertir ce dernier afin qu'il soit lisible par postfix.

sudo chmod 400 /etc/postfix/sasl_passwd
sudo postmap /etc/postfix/sasl_passwd

Il ne reste plus qu'à ajouter les certificats et relancer postfix.

cat /etc/ssl/certs/Thawte_Premium_Server_CA.pem | sudo tee -a /etc/postfix/cacert.pem
sudo /etc/init.d/postfix reload

A suivre ! Et à relire !


request_tracker.txt · Dernière modification: Le 31/01/2011, 16:00 par 79.141.8.82
Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0