Contenu | Rechercher | Menus

Comment personnaliser son live CD Ubuntu

Dans ce tutoriel, nous vous expliquerons comment créer votre propre liveCD (ou liveDVD), en modifiant un liveCD ubuntu déjà existant afin qu'il corresponde à vos besoins. Vous pourrez par exemple installer les paquets que vous souhaitez, mettre dans le /home du liveCD les fichiers dont vous avez besoin, etc.

Méthodes assistées

Il existe plusieurs applications permettant de personnaliser votre liveCD :

Il est recommandé d'utiliser la méthode manuelle ci-dessous pour des questions de fiabilité.

Méthode manuelle

Prérequis

  • Posséder une image CD (iso) d'Ubuntu Desktop. (l'Edition Francophone par exemple)
  • Disposer d'environ 3Go d'espace libre sur votre Disque Dur.
  • Installer les outils relatifs au squashfs (format de compression en lecture seule utilisé dans les ISOs Ubuntu) :
    sudo apt-get install squashfs-tools schroot genisoimage

Introduction : Généralités sur le liveCD

Comme vous le savez, un liveCD est un CD bootable, qui va charger un système Linux en mémoire vive. Cela permet de tester une distribution sans risquer de faire des dégâts sur les disques dur, par exemple.
Un liveCD Linux n'est donc rien d'autre qu'un système Linux classique, son but étant d'être en lecture seule et de ne pas tenir de place, il est compressé. Pour la compression, on utilise squashfs : un système de fichier (tel que ext3 ou reiserfs), qui ne permet que la lecture mais permet un gain de place très important.
Malheureusement, ce système seul ne permet pas de faire fonctionner un système Linux. On l'associe donc à un autre système de fichier, qui est entièrement placé en mémoire : ramfs.
Un dernier système de fichier permet d'associer les deux précédents : unionfs. Unionfs est utilisable grâce à l'initrd, qui permet de charger un mini-système en mémoire au boot, et d'agir sur le « vrai » système.
Le soft casper permet la mise en place du boot du liveCD a partir de l'initrd.

Extraction du système

On commence par extraire le squashfs de l'image ISO pour pouvoir lui apporter les modifications souhaitées.
Au cours du tutoriel, nous allons utiliser plusieurs dossiers. Créez-les avec les commandes suivantes (à passer dans votre terminal favori) :

mkdir ~/livecd
cd ~/livecd
mkdir iso squashfs

L'image ISO sera stockée dans le dossier iso, dans squashfs sera stocké le « vrai » système live.

Il nous faut commencer par copier le contenu de l'image ISO sur le disque dur.

  • On va donc la monter : Remplacez ubuntu-desktop-xxx.iso par le chemin de votre fichier ISO.
    sudo mount -o loop ubuntu-desktop-xxx.iso /mnt
  • On copie son contenu dans le dossier iso : l'option -a permet de conserver les droits des fichiers copiés
    sudo cp -av /mnt/. iso
  • Une fois cela fait, on peut la démonter :
    sudo umount /mnt


Copie du squashfs

Nous allons maintenant copier le squashfs (le système de fichier de notre liveCD) sur le disque dur afin de pouvoir le modifier.

  • On le monte de la même manière que n'importe quel système de fichier :
    sudo mount -t squashfs -o loop iso/casper/filesystem.squashfs /mnt

On pourra reconnaître dans /mnt l'arborescence classique de Linux : /etc, /boot,…, qui est présente dans le squashfs.

  • Comme nous l'avons dit, le squashfs est en lecture seule : il est impossible de modifier directement le squashfs.
    Il faut copier le système qu'il contient dans le dossier squashfs créé dans ce but. :
    sudo cp -av /mnt/. squashfs

Attention, cette opération prend un peu de temps.

  • Pour finir, on le démonte :
    sudo umount /mnt

Modification du système

Maintenant que nous avons notre système dans le dossier ~/livecd/squashfs, nous allons pouvoir le modifier à notre guise. Mais comment utiliser les logiciels qui y sont présents, pour travailler proprement dessus ? C'est là que le chroot intervient.

Le chroot permet de "se connecter" en super-utilisateur dans un système hébergé (dans ~/livecd/squashfs), en utilisant le noyau du système hôte (votre jolie Ubuntu à vous ;-) ). C'est une Inception, si vous voulez !

Il faut que le système hôte ait une architecture au moins du niveau du système hébergé : votre Ubuntu doit être en 64b pour chrooter dans un système 64b.
Si vous essayez de modifier un système 64b dans une installation 32b, vous aurez une erreur qui ressemble à

chroot: failed to run command/bin/bash’: Exec format error

FIXME

Vous pourrez modifier votre système hébergé comme (presque) si il était installé en dur !

Chroot

  • Quelques réglages préalables pour que le chroot fonctionne correctement :
    sudo mount --bind /proc squashfs/proc 
    sudo mount --bind /sys squashfs/sys
    sudo mount -t devpts none squashfs/dev/pts

    Ces lignes permettent d'utiliser les informations du système hôte

En cas d'erreur avec apt-get, il peut être utile de mettre :

sudo mount --bind /dev squashfs/dev
sudo mount --bind /dev/pts squashfs/dev/pts

En cas d'erreur

Failed to open connection to "system" message bus: Failed to connect to socket /var/run/dbus/system_bus_socket: No such file or directory

il peut être utile de mettre :

sudo mount --bind /var/run/dbus/ squashfs/var/run/dbus/

Quelques réglages pas nécessaires, mais éventuellement utiles :
  • Pour utiliser la connexion du système hôte (mettre à jour, installer des logiciels) :
    sudo cp /etc/resolv.conf squashfs/etc/resolv.conf
  • Pour pouvoir lancer un serveur PostgreSQL ou un LAMP dans le chroot (il faudra préalablement éteindre les serveurs sur la machine hôte pour éviter les conflits de port)
    sudo cp /etc/hosts squashfs/etc/hosts
  • Pour avoir la même liste de dépôts :
    sudo cp /etc/apt/sources.list squashfs/etc/apt/sources.list

N'utilisez cette commande que si le liveCD que vous modifiez et le système à partir duquel vous le modifiez sont de la même version d'Ubuntu. Dans le cas contraire, vous n'installeriez pas sur le liveCD les bonnes versions des paquets.

  • Vous pouvez alors éditer manuellement les fichiers ~/iso/squashfs/etc/apt/sources.list et dans ~/iso/squashfs/etc/apt/sources.list.d/ pour rajouter des dépôts :
     gksudo gedit squashfs/etc/apt/sources.list
  • Si vous souhaitez lancer des applications graphiques, vous devez permettre au chroot d'accéder à X
    xhost +

    Sans oublier une fois fini d'enlever cette autorisation avec:

    xhost -

Pour finir, on peut entrer dans le chroot :

sudo chroot squashfs

Exemples de modifications

Vous ne saurez qu'à la reconstruction du squashfs si votre iso tiendra sur un CD (700Mo), donc soit vous devez bien gérer la taille, soit vous pourrez graver un DVD, ou utiliser un LiveUSB.

Pas besoin de sudo, vous êtes connectés en Root (super-utilisateur).

Vous pouvez, si vous avez lancé xhost +, lancer les applications graphiques présentes dans le LiveCD.

Mise à jour du système
apt-get update
apt-get dist-upgrade
apt-get install console-data # Sélectionner le clavier français

La commande apt-get dist-upgrade peut amener une mise à jour du kernel, ce qui vous obligera à une manipulation supplémentaire à la fin.

Installation / Désinstallation de paquets
  • Installez les paquets que vous souhaitez, à l'aide de la commande apt-get install nom_du_paquet
  • Vous pouvez lister les paquets par taille pour voir ceux qui prennent de la place.
    dpkg-query -W --showformat='${Installed-Size} ${Package}\n' | sort -nr | less
  • Supprimez ceux qui ne vous servent à rien :
    apt-get purge //nom_du_paquet//

Supprimer des paquets peut, par inadvertance, désinstaller le paquet ubuntu-desktop qui est nécessaire au moment d'une mise à niveau de la distribution. Ce paquet devrait donc figurer sur tout liveCD destiné à être distribué à un certain nombre d'utilisateurs de différents niveaux de compétence. Il est donc bon, après avoir fini de faire les modifications, d'utiliser la commande apt-get install ubuntu-desktop pour s'assurer que le paquet est toujours installé.

Modifier les raccourcis de la barre de lanceurs Unity
gsettings get com.canonical.Unity.Launcher favorites #pour connaître la liste actuelle
echo "[com.canonical.Unity.Launcher]
favorites=['nautilus-home.desktop', 'firefox.desktop', 'ubuntu-software-center.desktop', 'otherapp1.desktop', 'otherapp2.desktop']" > /usr/share/glib-2.0/schemas/10_local-unity-launcher.gschema.override
glib-compile-schemas /usr/share/glib-2.0/schemas/
Autres modifications
  • On peut utiliser l'utilitaire bleachbit afin de nettoyer les fichiers langues superflus.
    apt-get install bleachbit
  • Synaptic permet de gérer les logiciels installés.
    apt-get install synaptic
Sortie du chroot

D'autres modifications peuvent se faire à l'extérieur du chroot.

  • On sort du chroot :
    umount -lf /sys
    umount -lf /proc
    umount -lf /dev/pts
    umount --bind /dev squashfs/dev
    rm /etc/resolv.conf
    rm /etc/hosts
    exit
Insérer des fichiers

Dans le répertoire utilisateur

L'utilisateur par défaut du système chargé lorsque l'on utilise le liveCD n'existe pas dans le système compressé. Il est créé par casper pendant le boot. casper copie les fichiers se trouvant dans /etc/skel dans le dossier utilisateur qu'il crée au boot.
Placez donc tous les fichiers que vous voulez dans ce dossier, ils apparaîtront dans le répertoire personnel après le boot.

sudo cp *votre fichier* squashfs/etc/skel

Nous allons pouvoir utiliser cette technique un peu plus tard pour modifier l'apparence du bureau et utiliser des thèmes personnalisés.

Dans le système, vous pouvez recopier des fichiers au même emplacement que sur votre propre système, par exemple :

  • Des thèmes
    sudo cp -r /usr/share/themes/* squashfs/usr/share/themes
  • Des fonds d'écran
    sudo cp -r /usr/share/backgrounds/* squashfs/usr/share/backgrounds/
Rendre le boot explicite

Il est possible de supprimer l'option "quiet" du boot, afin que toutes les étapes soient détaillées.
Éditez le fichier isolinux.cfg qui se trouve dans le dossier iso :

gksudo gedit iso/isolinux/isolinux.cfg

Supprimez toutes les occurrences du mot quiet.
Vous pouvez également supprimer le mot splash, vous supprimerez ainsi le logo Ubuntu ainsi que la barre de chargement.
Enregistrez et quittez.

Utiliser le français par défaut
echo "fr" | sudo tee iso/isolinux/lang
Modifier l'utilisateur par défaut

L'utilisateur par défaut (ubuntu) est créé lors du boot par le programme casper. Pour modifier celui-ci, Il faut :

  1. modifier les fichiers de configuration de casper
  2. régénérer le fichier initrd dans le squashfs (en chroot)
  • Modifier le nom de l'utilisateur
    gksudo gedit squashfs/etc/casper.conf

Ce fichier est court et explicite :

# This file should go in /etc/casper.conf
# Supported variables are:
# USERNAME, USERFULLNAME, HOST, BUILD_SYSTEM, FLAVOUR

export USERNAME="ubuntu"
export USERFULLNAME="Live session user"
export HOST="ubuntu"
export BUILD_SYSTEM="Ubuntu"

# USERNAME and HOSTNAME as specified above won't be honoured and will be set to
# flavour string acquired at boot time, unless you set FLAVOUR to any
# non-empty string.

# export FLAVOUR="Ubuntu"

Modifiez les valeurs à votre convenance.

Par défaut, cet utilisateur possède les droits d'administration sans qu'aucun mot de passe ne soit requis.

Si vous voulez conserver cette propriété, ne modifiez que la première partie ainsi que la valeur de la variable FLAVOUR

export USERNAME="mon_utilisateur"
export USERFULLNAME="mon_utilisateur Live CD"
export HOST="ubuntu"
export BUILD_SYSTEM="Ubuntu"

# USERNAME and HOSTNAME as specified above won't be honoured and will be set to
# flavour string acquired at boot time, unless you set FLAVOUR to any
# non-empty string.

export FLAVOUR="mon_ubuntu_personnalise"

Et passez directement à la section suivante : régénération du fichier initrd

Si vous voulez modifier ce comportement, éditez toutes les occurrences ubuntu et remplacez-les par mon_utilisateur, modifiez la valeur de FLAVOUR

export USERNAME="mon_utilisateur"
export USERFULLNAME="mon_utilisateur Live CD"
export HOST="mon_utilisateur"
export BUILD_SYSTEM="mon_utilisateur"

# USERNAME and HOSTNAME as specified above won't be honoured and will be set to
# flavour string acquired at boot time, unless you set FLAVOUR to any
# non-empty string.

export FLAVOUR="mon_ubuntu personnalise"

Et modifiez le mot de passe.

  • Modifier le mot de passe

Commencez par créer un mot de passe crypté :

le mot de passe étant conservé dans un fichier accessible en lecture, il est nécessaire de le crypter pour préserver sa confidentialité

mkpasswd -s monmotdepasse
U5dDh03hz1L6.

Votre mot de passe est ici "monmotdepasse", il sera conservé sous la forme "U5dDh03hz1L6." dans le fichier de configuration.

Et insérez-le dans le script de création de l'utilisateur

~/livecd$ gksudo gedit squashfs/usr/share/initramfs-tools/scripts/casper-bottom/10adduser

Avec ubuntu 14.04, il semblerait que le fichier 10adduser soit devenu 25adduser, si vous obtenez un fichier vide avec la ligne ci-dessus essayez en remplaçant 10adduser par 25adduser

Repérez la section suivante :

set passwd/root-password-crypted *
set passwd/user-password-crypted U6aMy0wojraho

Insérez votre nouveau mot de passe :

set passwd/root-password-crypted U5dDh03hz1L6.
set passwd/user-password-crypted U5dDh03hz1L6.

Lors du démarrage, l'utilisateur automatiquement créé à UID de 999. Pour que cette création se passe bien il faut qu'il n'y ait aucun utilisateur existant ayant un UID == 999. Pour détecter le problème, exécutez la commande:

 awk -F: '$3 == 999' /etc/passwd

Et modifiez les UID des utilisateurs trouvés:

usermod -u 500 <utilisateur_problematique_1>
usermod -u 501 <utilisateur_problematique_2>

Par exemple, l'installation des additions invités de virtualbox créé un utilisateur vboxadd pouvant avoir l'uid 999.

  • Régénération du fichier initrd

Pour que ces modifications soient prises en compte, il est impératif de recréer le fichier initrd qui est chargé au boot. Cette étape est réalisée en chroot (à l'intérieur du système du liveCD).

~/livecd$ sudo chroot squashfs
update-initramfs -k all -u
exit

Ceci n'est qu'un aperçu des modifications que vous pouvez faire, il serait impossible de les lister toutes.

Création du nouveau LiveCD

Maintenant que le système correspond à vos besoins, nous allons recréer un liveCD à partir de votre système personnalisé.

Reconstruction du squashfs

  • Tout d'abord, il faut régénérer le fichier manifest pour qu'il prenne en compte les modifications dans les paquets.
    sudo chmod a+w iso/casper/filesystem.manifest
    sudo chroot squashfs dpkg-query -W --showformat='${Package} ${Version}\n' > iso/casper/filesystem.manifest
    sudo chmod go-w iso/casper/filesystem.manifest
    # sudo chmod a+w iso/casper/filesystem.manifest-desktop
    # sudo chroot squashfs dpkg-query -W --showformat='${Package} ${Version}\n' > iso/casper/filesystem.manifest-desktop 
    # sudo chmod go-w iso/casper/filesystem.manifest-desktop  # Voir FIXME

FIXME Des changements ont eu lieu dans la gestion des fichiers filesystem.manifest, donc filesystem.manifest-desktop n'est plus nécessaire.
Pour n'avoir certains logiciels qu'en session live, et qu'ils ne s'installent pas sur l'ordinateur, il suffit de les ajouter au fichier filesystem.manifest-remove.

  • On efface l'ancien squashfs :
    sudo rm iso/casper/filesystem.squashfs
  • On recrée le nouveau :
    cd squashfs
    sudo mksquashfs . ../iso/casper/filesystem.squashfs -info

Comme toute compression, cela prend beaucoup de ressources et peut prendre du temps.

On rajoute -info à la fin qui équivaut à un verbose… pratique pour voir l'avancement de la compression (la barre de progression reste visible) et aussi pour voir ce qui pourrait éventuellement bloquer.
Une fois la procédure terminée, la taille de votre fichier s'affiche dans le terminal, vous savez donc si vous avez dépassé la taille maximale ou pas. Si c'est le cas, supprimez des applications/fichiers dans le système, et recommencez.

Reconstruction de l'iso

Si le noyau a été mis à jour, que vous avez changé l'usplash ou que vous avez modifié le compte utilisateur, il va falloir remplacer deux fichiers essentiels sur l'image disque, que l'on trouve dans iso/casper : vmlinuz et initrd.lz.
On les remplace par les fichiers vmlinuz-* et initrd-img* que l'on trouve dans le dossier squashfs/boot :

sudo rm -f iso/casper/vmlinuz iso/casper/initrd.lz
sudo cp squashfs/boot/vmlinuz-3.2.0-54* iso/casper/vmlinuz 
sudo cp squashfs/boot/initrd.img-3.2.0-54* iso/casper/initrd.lz

FIXME : Je crois que le nom des fichiers n'est plus à jour. (mis à jour ubuntu 12.04.3)

  • On régénère une nouvelle somme de contrôle MD5 afin qu'elle reflète le nouveau contenu du CD :
    cd iso
    sudo bash -c "find . -path ./isolinux -prune -o -type f -not -name md5sum.txt -print0 | xargs -0 md5sum | tee md5sum.txt"
    cd ..
  • Il ne reste plus qu'à reconstruire l'image ISO :
    sudo mkisofs -r -V "Nom_personnalisé" -cache-inodes -J -l -b isolinux/isolinux.bin -c isolinux/boot.cat -no-emul-boot -boot-load-size 4 -boot-info-table -o custom-livecd.iso iso 

Cette commande crée une image iso custom-livecd.iso. Et voilà !

* Attention mkisofs devient obsolète selon les depots utilisés. La commande équivalente avec genisoimage :

sudo genisoimage -o "Nom personnalisé" -r -J -no-emul-boot -boot-load-size 4 -boot-info-table -b isolinux/isolinux.bin -c isolinux/boot.cat ./ 

Renommer le fichier "nom personnalisé" en "nom personnalisé".iso

Modifications de la configuration du compte utilisateur

Votre liveCD est prêt à l'emploi. Comme indiqué brièvement dans la section Modifications, il est possible de rajouter des fichiers dans le répertoire utilisateur.
Voici une méthode pour configurer votre session live.

  • Démarrez sur le liveCD, physiquement ou en utilisant un logiciel de virtualisation : (virtualbox ou qemu)
  • Configurez vos logiciels (Thunderbird, Firefox, mots de passe WiFi, thèmes,…)
  • Après avoir fini, ne redémarrez pas, ça effacerait toute votre personnalisation, enregistrez votre /home/ sur un support externe ou dans une archive envoyée par mail. (si elle n'est pas trop grosse)
  • Retournez sur votre Ubuntu, où se trouve le dossier livecd.
  • Recopiez alors le contenu de la sauvegarde/archive dans livecd/squashfs/etc/skel/
    cd livecd
    sudo cp -r DOSSIER_DE_SAUVEGARDE/. squashfs/etc/skel/
    sudo chown -R root:root squashfs/etc/skel 
  • Vérifiez que les fichiers sont au bon emplacement avec ls. Vous devez voir les fichiers de configuration sous cette forme :
    ls -la squashfs/etc/skel
     
    drwxr-xr-x   2 root root  304 2008-03-21 08:25 .fontconfig
    drwx------   4 root root   96 2008-03-21 08:25 .gconf
    drwx------   2 root root   80 2008-03-21 08:25 .gconfd
    drwxr-xr-x   4 root root  112 2008-03-21 08:25 .gnome
    drwx------   9 root root  272 2008-03-21 08:25 .gnome2
    drwx------   2 root root   48 2008-03-21 09:15 .gnome2_private
    drwxr-xr-x   2 root root   88 2008-03-21 08:25 .gstreamer-0.10
    ...

Si tout est OK, il ne reste qu'à recréer une image avec ce nouveau contenu.

Recommencez à partir de Reconstruction du liveCD. Au prochain démarrage de l'image, les fichiers de configuration seront installés et pris en compte.

Liens



Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0