Chroot : changement d'environnement

Linux est le logiciel système d'exploitation qui est une sorte de proxy (interface) entre l'utilisateur et le matériel. Ce système logiciel d'interface matériels est alors actif dans un environnement d'exécution à la fin du lancement du système d'exploitation (processus init).

Il exécute alors un logiciel d'interface utilisateurs, un «shell», l'environnement qui va gérer les interactions utilisateur avec le système d'exploitation. Cet environnement contient des variables paramètres

printenv

une arborescence et les ressources logicielles de contrôle du matériel du système d'exploitation.

Ce shell peut-être en ligne de commandes ou graphique.

La commande chroot permet de changer le répertoire racine (premier environnement d'exécution shell utilisateurs ou d'applications) vers un nouvel environnement d'exécution.

chroot arborescence shell/application

Cette opération peut être utilisée dans divers cas :

  • prison : empêche un utilisateur ou un programme de remonter dans l'arborescence et le cantonne à une nouvelle arborescence restreinte.
  • changement de système : permet de basculer vers un autre système linux (autre architecture, autre distribution, autre version). Nous détaillerons ici cette technique.

Le concept de chroot, de changements ou d'isolation d'environnement système utilisateurs (ou d'exécution d'applications), s'est étendu aux ressources du système d'exploitation avec la notion de conteneurs comme lxc, docker (sans changement du logiciel système d'exploitation), et aux systèmes d'exploitation au niveau du matériel avec la virtualisation ou les proxy matériels pur, les XénoServeur, comme xen.

Cette technique est le plus souvent utilisée pour récupérer une installation endommagée ou pour installer un nouveau système d'exploitation.

Ici le chroot sera utilisé après le démarrage sur un système sain pour se retrouver dans l'environnement endommagé et faire des modifications directement dans ce dernier environnement.

Astuce : Vous pouvez taper

sudo -i

avant de faire les opérations suivantes pour devenir "root" et ne pas devoir entrer "sudo".

  1. Démarrez sur un système sain. Par exemple : un live CD
  2. Montez la partition racine du système endommagé :
    sudo mkdir /media/system
    sudo mount </dev/partition> /media/system

    par exemple, si sda2 est la partition racine, la commande sera : "sudo mount /dev/sda2 /media/system"

  3. Préparez les dossiers spéciaux /proc et /dev :
    sudo mount --bind /dev /media/system/dev
    sudo mount -t proc /proc /media/system/proc
  4. Dans certains cas (réparation de Grub avec update-grub par exemple) vous devrez lier le /run :
    sudo mount --bind /run  /media/system/run

Note : Vous pourriez aussi avoir besoin de monter /sys :

sudo mount -t sysfs /sys /media/system/sys
  1. Pour démarrer la connexion internet:
     net-setup eth0 
  2. Copiez le /etc/resolv.conf pour la connexion internet (à faire seulement si votre connexion internet ne marche pas directement sans rien faire dans l'environnement chrooté) :
    sudo cp /etc/resolv.conf /media/system/etc/resolv.conf
  3. Changez d'environnement :
    sudo chroot /media/system
  4. En cas d'erreur à propos de "/bin/zsh" remplacer cette commande par
    sudo chroot /media/system /bin/bash

    .

Maintenant vous êtes sur l'installation endommagée et vous pouvez travailler dessus pour y corriger les problèmes.

Pour quitter l'environnement, il suffit d'un :

exit

Pour démonter la partition racine du système endommagé :

sudo umount /media/system/dev
sudo umount /media/system/proc
sudo umount /media/system/sys
sudo umount /media/system/run
sudo umount /media/system

Exemple pratique avec une version 17.10 , 18.04 , 20.04 , 21.04 , 22.04 et 24.04

Le plus souvent, cette utilisation est faite à partir d'une clé USB d'installationd'Ubuntu. Ceci est un cas pratique fait en EFI sur partition système non chiffrée. Les commandes de préparation sont

setxkbmap fr       ### afin d'avoir un clavier français.
sudo -i            ### afin d'éviter de passer son temps à frapper cette commande

L'identification de la partition système à cibler sera plus aisée en frappant la commande

lsblk -fe7

Si cette commande montre que ubuntu est installé dans une partition chiffrée, il est nécessaire de l'ouvrir pour y avoir accès.

cryptsetup luksOpen /dev/xxx chiffre

Le montage de la partition système à cibler se fera en frappant la commande (pensez à remplacer XXXX par la bonne valeur).

mount   /dev/XXXX /mnt   ### Si pas  chiffrée
ou
mount   /dev/mapper/chiffre /mnt   ### Si   chiffrée
ou
zpool import -a -f -l -R /mnt  ### Si partition zfs standard

Le montage des répertoires se fera avec ces commandes (copier/coller).

   mount -t proc  /proc              /mnt/proc
   mount -t sysfs /sys               /mnt/sys
   mount --bind   /dev               /mnt/dev
   mount --bind   /run               /mnt/run
   mount --bind   /sys               /mnt/sys
   mount --bind   /etc/resolv.conf   /mnt/etc/resolv.conf
   modprobe efivars     

Le changement d'environnement se fera avec cette commande

  chroot /mnt

Quelques contrôles seront à faire par exemple

mount -t devpts devpts /dev/pts 
df -h && df -i
ping -c4 8.8.8.8  && ping -c4 google.fr
ls   -ls /home 

Vous pouvez alors passer à la réparation proprement dite qui a justifié cette opération. Espérons simplement que ce message d'erreur "Running in chroot, ignoring request." n'empêchera pas votre réparation. Lorsque cela sera fini, le plus simple est de rebooter pour vérifier. La commande suivante s'occupe de toutes les déconnexions.

reboot

Multi architecture

Vous pouvez aussi vouloir démarrer en chroot un système Linux d'une autre architecture matérielle.

Pour cela il vous faut installer binfmt-support et qemu-user-static.

Vous pouvez alors lister les architectures matérielles supportées :

ls /usr/bin/qemu-*-static

ou plus verbeux :

sudo update-binfmts --display

Pour démarrer le chroot en arm 64 bit par exemple, et après avoir monter tout ce que vous avez besoin pour fonctionner en chroot dans /media/system :

cp /usr/bin/qemu-aarch64-static /media/system/usr/bin
sudo chroot /media/system qemu-aarch64-static /bin/bash

Vous pouvez aussi utiliser des commande comme proot pour passer des commandes en chroot.

proot -S /chemin/répertoire_monté/ -q qemu-architecture-static commande_bash
proot -S /media/system/ -q qemu-aarch64-static arch
proot -S /media/system/ -q qemu-aarch64-static bash -c "if ping -c 1 doc.ubuntu-fr.org &> /dev/null; then echo 'Réseau OK'; else exit 1; fi"

Utiliser un environnement 32 bits sur une installation 64 bits

Cette option devient de plus en plus désuète puisque la plupart des machines sont maintenant en 64 bits. Préférez toujours utiliser 'chroot' entre deux systèmes de même architecture.
CD Live 32bit pour une installation système 32bits et de même pour 64bits.

cp /usr/bin/qemu-i386-static /path/folder_system_32bit/usr/bin
sudo chroot /media/system qemu-i386-static /bin/bash

Voir le tutoriel chroot32bits pour approfondir.

Convertir un environnement 32 bits en environnement 64 bits

Il faut d'abord faire la fonctionnalité "chroot" telle que décrite ci-dessus.

Il est préférable de mettre à jour le logiciel de façon classique.

apt update && apt upgrade

Puis de procéder à l'installation des modules 64 bits absents avec ces commandes:

dpkg --add-architecture amd64
apt-get update
apt-get install linux-image-amd64:amd64 

Pour un ubuntu intallé dans une partition BTRFS

c'est là ou là. ou aussi et en anglais.

C'est une action logicielle qui consiste à protéger l'environnement système des faiblesses de sécurités d'une application. Pour cela on peut utiliser chroot, les conteneurs ou la virtualisation matérielle.

Dans cette documentation nous traitons de la mise en place avec chroot.

À faire Lien externe
  • chroot.txt
  • Dernière modification: Le 03/07/2024, 11:02
  • par 91.161.152.215