Contenu | Rechercher | Menus

Appels système au clavier : les Touches Magiques

Introduction

Si votre machine vient de planter et que vous n'arrivez plus à ne rien faire (voir la procédure usuelle), n'appuyez pas encore sur la touche reset ! Il vous reste une chance de redémarrer votre machine : les "touches magiques", ou Magic Sys Keys.

Qu'est-ce que c'est ?

Les touches magiques sont des combinaisons de touches qui permettent d'envoyer des appels directement au noyau. Il s'agit de combinaisons du type : Alt+SysRq+Touche. La touche SysRq (pour System Request), ou Syst, correspond souvent à la touche Imprim Écran (juste au-dessus de la touche Inser ou Del).

Pré-requis

Pour pouvoir accéder aux touches magiques, il faut que cette fonctionnalité ait été activée dans le noyau. C'est le cas par défaut pour Ubuntu, mais ça peut ne pas l'être pour d'autres distributions (pour le savoir, vérifiez l'existence du fichier /proc/sys/kernel/sysrq).

Si vous compilez vous-même votre noyau, il vous faut mettre l'option Magic SysRq key du menu Kernel Hacking à oui. Sachez cependant que certaines personnes1) considèrent ces touches magiques comme un trou de sécurité.

Vous pouvez également bloquer cette fonctionnalité en mettant kernel.sysrq=0 dans le fichier /etc/sysctl.conf, à créer si besoin (ou la débloquer en mettant 1).

Les combinaisons de touches

Les touches magiques sont documentées en détail dans le fichier /usr/share/doc/linux-doc-`uname -r`/Documentation/sysrq.txt.gz fourni par le paquet linux-doc-`uname -r` (dépend de votre version du noyau, donnée par la commande uname -r).

NB : les touches ne tiennent pas compte de la disposition de votre clavier et sont basées sur le layout qwerty source

Les combinaisons disponibles sont :

Combinaison Effet Signification
Alt SysRq 0-9 Détermine le niveau de log de la console
Alt SysRq b Redémarre l'ordinateur reBoot
Alt SysRq c Redémarre via kexec pour faire un crashdump Crashdump
Alt SysRq e Envoie un signal de terminaison (SIGTERM) à tous les processus (sauf init) tErm
Alt SysRq f Tue le processus qui consomme le plus de mémoire (via oom-killer)
Alt SysRq i Envoie un signal de fin (SIGKILL, plus ferme que SIGTERM) à tous les processus (sauf init) kIll
Alt SysRq k Tue tous les processus de la console virtuelle courante Key
Alt SysRq l (L minuscule) Envoie un signal de fin (SIGKILL, plus ferme que SIGTERM) à tous les processus (même init) kilL
Alt SysRq m Affiche le contenu actuel de la mémoire Memory
Alt SysRq o Éteint le systeme via APM Out
Alt SysRq p Affiche sur la console les registres et drapeaux actuels Print
Alt SysRq r Bascule la gestion du clavier de mode brute (raw) à XLATE Raw
Alt SysRq s Synchronise les disques (tente d'écrire toutes les données non sauvegardées) sync
Alt SysRq t Affiche une liste des tâches actuellement en cours et leur description Task
Alt SysRq u Tente de remonter tous les systèmes de fichiers montés en lecture seule. Ceci retire le marquage « dirty flag » et évitera ainsi une vérification du système de fichiers au redémarrage. Umount

Procédure pour redémarrer votre machine

Depuis le serveur X (l'interface graphique), il peut être nécessaire de commencer par se réapproprier le clavier, par la combinaison Alt SysRq r.

Effectuez les combinaisons de touches suivantes, dans l'ordre :

  1. Alt SysRq s - Synchronise les disques
  2. Alt SysRq e - Essaie de fermer les processus en envoyant SIGTERM [facultatif]
  3. Alt SysRq i - Tue tous les processus restant en envoyant SIGKILL [facultatif]
  4. Alt SysRq u - Démonte les disques
  5. Alt SysRq b - Redémarre

Il est important d'attendre plusieurs secondes entre les différentes étapes, car en cas de plantage sévère vous ne verrez pas les messages de progression s'afficher…

Un moyen mnémotechnique parmi d'autres pour se souvenir de la séquence : Stopper Ubuntu Brusquement (pour la séquence longue : Savoir Eteindre Intégralement Ubuntu Brusquement ou So Everything Is Unusual, Boot).

Certains utilisent la séquence : REISUB ( Retourner En Islande Sur Un Bateau).

Voir aussi


Contributeurs : nknico, naoli

1) Cf. le YALIG (Yet Another Linux Installation Guide) de Christian Casteyde.


Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0