Contenu | Rechercher | Menus
Selon les tags présents sur cette page, celle-ci est ancienne et ne contient plus d'informations sur une des versions supportées d'Ubuntu.
Selon les tags présents sur cette page, les informations qu'elle contient n'ont pas été vérifiées depuis Ubuntu 10.04 LTS.
Apportez votre aide…

Contrôle parental

Cette page recense les solutions de contrôle parental sur Ubuntu.

Attention : si le besoin (mettre en place un contrôle parental) est simple, les méthodes proposées ici sont particulièrement techniques et s'adressent à un public expert.

Le contrôle parental comporte au moins deux aspects :

  1. accès aux sessions et temps d'utilisation ;
  2. accès à l'internet.

Les solutions évoquées ci-après peuvent concerner ces deux aspects ou seulement l'un des deux.

Session et internet

dnsmasq et blacklist de l'université de Toulouse

CTparental.sh est un script permettant à des utilisateurs ayant juste assimilé les bases des lignes de commandes de mettre en place un filtrage DNS (contrôle parental) .

Bien sûr il faut créer des comptes sans droit d'administration pour vos enfants.

Si vos enfants ont passé les 10 ans il est conseillé de mettre un mot de passe bios et de désactiver le boot sur support USB ou CDROM et un mots de passe sur grub aussi.

Mais ne comptez pas les arrêter au-delà de 16 ans, ils sauront comment passer outre tout ça, bien que ça les ennuiera un petit moment donc autant les faire réfléchir un peu .

Dans tous les cas ce n'est qu'une sécurité pour éviter qu'ils ne grandissent trop vite, mais elle ne remplace pas l’accompagnement des parents, et le petit coup d’œil de temps en temps.

Il est maintenant disponible sous forme de fichier deb, pour ubuntu 12.04 a 13.10 et pour ubuntu 14.04 et plus qu'il faut préalablement extraire puis installer avec la logithèque ou gdebi .

les identifiants et mots de passe seront définis pendant cette procédure, il faut donc penser à ouvrir la fenêtre du terminal durant l’installation avec gdebi.

Par la suite on pourra les redéfinir en lançant la commande sudo CTparental.sh -uhtml dans un terminal.

Il possède une interface web http://127.0.0.1/CTadmin/ , qui facilite sont paramétrage.

Principales fonctions:

  1. Filtrage par Blackliste ou par Whiteliste .
  2. Filtre par Catégorie .
  3. Filtre personnalisé de site .
  4. Filtre Personnalisé de sites à laisser accessibles même s'il sont présents dans une des catégories que l'on veut bloquer.
  5. Réglages des heures de connexions autorisées par utilisateur.
  6. Nombres de minutes de connexions max par jours autorisées.
  7. Groupe de personnes privilégiées ne subissant pas de filtrage web.
  8. Notifications des Utilisateurs toutes les minutes durant les 5 dernières minutes avant déconnexion.

Pour l'installer manuellement et les dernières infos c'est par ici

explication des différents paramètres pour une utilisation en ligne de commandes : une fois installé, lancer cette commande :

 sudo CTparental.sh

Gnome Nanny

Gnome Nanny est un logiciel de contrôle parental complet, installé par défaut dans Edubuntu depuis Edubuntu 10.10.

Nota: il semble que Nanny ne soit pas encore au point et pose certains problèmes, au moins lorsque l'on est sous Lucid Lynx et Natty. Voir cette discussion sur le forum

Nanny n'est plus disponible dans les dépôts (Ubuntu 13.04)

Session seulement

Timekpr

Timekpr (une contraction de « time keeper » en anglais) est un logiciel pour contrôler l'usage de l'ordinateur par les différents comptes d'utilisateurs d'un ordinateur. Vous pouvez limiter l'usage quotidien à partir de la durée d'usage et les périodes de la journée où ils peuvent ou non se connecter.

Configuration manuelle

Des restrictions horaires peuvent être mises en place par configuration manuelle.

Internet seulement

Solution radicale

Soit une machine sur laquelle sont existants un compte disposant des droits d'administration, d'autres comptes sans droits d'administration et parmi ceux-ci au moins un pour lequel l'accès à internet n'a pas lieu d'être contrôlé. Pour fixer les idées, mettons Adulte00, Adulte01, Progeniture00 et Progeniture01. Mettons que Adulte00 et 01 décident d'un commun accord que le contrôle le plus simple et le plus efficace tout en étant le moins demandeur en ressource humaine consiste en la solution radicale d'absence d'accès au net tout court pour Progéniture00 et 01. Dans ce cas, l'administrateur peut aller dans les propriétés de la connexion, qu'elle soit filaire ou wifi, et décocher la case en bas à gauche "Disponible pour tous les utilisateurs". Problème : le compte non-admin pour lequel l'accès à internet n'a pas lieu d'être contrôlé (i.e. Adulte00 ou (i.e. xor) 01) se retrouve lui aussi sans connexion. Il faut alors se connecter avec ce compte et activer la connexion, ce qui devrait demander le mot de passe admin. A partir de ce moment, ce compte devrait avoir accès au réseau à chaque login. Mais là encore, tous les autres comptes auront accès à la connexion … Comme précédemment, il suffit de modifier les propriétés de la connexion en décochant la case en bas à gauche "Disponible pour tous les utilisateurs".

En résumé : activation de la connexion pour chacun des adultes et modification en décochant la case "Disponible pour tous les utilisateurs". Rien du tout pour la progéniture.

OpenDNS FamilyShield

Cette méthode est la plus simple de toutes !

Avec OpenDNS FamilyShield, les filtres appliqués sont les mêmes pour tous (pas de paramétrage possible). Il suffit d'utiliser comme serveurs DNS 208.67.222.123 et 208.67.220.123 et le tour est joué. Ces DNS filtrent automatiquement les sites adultes. Il suffit donc de mettre cette connexion par défaut pour tout le monde, et rajouter éventuellement des connexions avec d'autres serveurs DNS pour chacun des utilisateurs qui n'ont pas besoin de filtrage;

Une petite note rapide pour dire que cette solution est pour le moins ambiguë, elle filtre effectivement les sites pour adultes, mais en renvoyant à une page appartenant à Opendns, qui fait de la pub… pour d'autres sites pour adultes - sites de rencontre en l'occurrence - comme edarling… Donc à éviter pour les enfants.

Pour plus de détails :

Site officiel de OpenDNS - (en français)

Installation pour Ubuntu - (en anglais)

Procon latte

Cette extension du navigateur Firefox est plutôt efficace et surtout très simple d'installation. Bien sûr, elle ne convient qu'aux utilisateurs de Firefox !

Installation

Rien de plus simple, il suffit de se rendre à cette adresse avec Firefox et de cliquer sur Installer.

Afin d'empêcher la désactivation facile de Procon latte via le menu des modules complémentaires :

  1. cliquer sur le bouton "Choisir un mot de passe" pour protéger l'accès à la modification des Préférences
  2. cocher toutes les options des paramètres principaux, et notamment l'option "empêcher la désactivation ou la désinstallation"

Deux remarques :

Le blocage d'accès via la liste blanche ne marche pas pour certains sites, par ex. fr.youtube.com. Dans ce cas, ajouter le nom du site (youtube) à la liste des données explicites du Filtre principal dans la colonne "sites bloqués".

L'extension Public Fox disponible cette adresse permet d'aller plus loin en bloquant l'accès aux modules complémentaires, mais elle ne fonctionne pas avec l'occurrence "Modules complémentaires" du menu Options de Firefox 3.0, ce qui oblige à installer un autre module de paramétrage du menu Options, comme par ex. Tools Menu Organiser disponible à cette adresse

Inconvénients
  • Simple à contourner.
  • Ne protège que Firefox.

Squidguard

Pré-requis

Les logiciels utilisés pour mettre en œuvre ce contrôle parental sont :

  • squid :
  • Squidguard (Il faut activer le dépôt universe) (Voir Squidguard dans la page Squid)

Ceci explique la mise en place d'un contrôle parental sur un PC Ubuntu directement raccordé sur le net sans réseau local.

Configuration de Squid

Le fichier de configuration est : /etc/squid3/squid.conf

Tout d'abord, sauvegardez ce fichier avec la commande :

sudo cp /etc/squid3/squid.conf /etc/squid3/squid.conf.orig

Maintenant, éditez ce fichier avec l'éditeur de votre choix en ayant les droits administrateur. Remplacez-en le contenu par les lignes suivantes :

# -----------------------------------------------------------
cache_effective_user proxy
cache_effective_group proxy
# -----------------------------------------------------------
visible_hostname none
# -----------------------------------------------------------

# -----------------------------------------------------------
acl all src 0.0.0.0/0.0.0.0
acl localhost src 127.0.0.1/255.255.255.255
acl manager proto cache_object
acl serveur src 192.168.0.1
acl poste src 192.168.0.50
acl multipostes src 192.168.0.100-192.168.0.125
acl SSL_ports port 443 563
acl Safe_ports port 80 # http
acl Safe_ports port 20 # ftp-data
acl Safe_ports port 21 # ftp
acl Safe_ports port 443 563 # ssl
acl Safe_ports port 70 # gopher
acl Safe_ports port 210 # wais
acl Safe_ports port 1025-65535 # unregistered ports
acl Safe_ports port 280 # http-mgmt
acl Safe_ports port 488 # gss-http
acl Safe_ports port 591 # filemaker
acl Safe_ports port 777 # multiling http
acl Safe_ports port 631 # cups
acl Safe_ports port 873 # rsync
acl Safe_ports port 901 # SWAT
acl purge method PURGE
acl CONNECT method CONNECT

http_access allow all

url_rewrite_program /usr/bin/squidGuard -c /etc/squidguard/squidGuard.conf
url_rewrite_children 10

http_port 3128 transparent

Avant la version squid 2.6, la directive url_rewrite_program était remplacée par redirect_program et url_rewrite_children était de même remplacée par redirect_children

Configuration d'un filtre uniquement par Squid

Squid permet, à lui seul, de mettre en place toute une série de filtres.

Dans le cas qui nous intéresse, le contrôle parental, on peut utiliser les filtres suivants :

  • Autoriser l'accès uniquement à une liste de sites (liste blanche).
  • Bloquer l'accès à une série de domaines (liste noire).
  • Bloquer les pages dont l'URL contient un mot interdit.

La configuration a lieu en deux temps. On crée d'abord les ACL correspondants :

acl whitelist dstdomain "/etc/squid3/whitelist"
acl blacklist dstdomain "/etc/squid3/blacklist"
acl filtre_reg url_regex -i ^.*sex.*$ ^.*porn.*$ ^.*hack.*$ ^.*crack.*$ ^.*drug.*$ ^.*felation.*$

Puis on lui applique les filtres :

http_access allow whitelist
http_access deny blacklist
http_access deny filtre_reg

Squid applique les filtres dans l'ordre. Le premier filtre vérifié s'applique et pas les suivants. Il faut donc prendre garde à l'ordre dans lequel on les écrit.

Ici, le filtrage pour la whitelist est placé avant celui de la blacklist. Ainsi, si un domaine se trouve dans les deux listes, le site ne sera pas bloqué car Squid appliquera le premier filtre.

Pour finir, si aucune des règles n'est vérifiée on autorise l'accès :

http_access allow localhost

(avec localhost un ACL du type acl localhost src 127.0.0.1/32)

Pour une référence plus complète des règles que l'on peut mettre en place dans Squid, on peut se référer au document : [www.visolve.com/squid/squid30/squid30.pdf]

Configuration de SquidGuard

SquidGuard est une sorte de greffon à Squid qui joue le rôle de redirecteur. En fait si une requête du navigateur n'est pas conforme à ce qui a été défini dans sa configuration il affiche une autre page web que celle demandée.

Les listes noires

Pour ce qui est du filtrage des sites, on ne va bien sûr pas entrer les adresses à la main, des listes noires existent sur le net. Voici une adresse de blacklist : ftp://ftp.univ-tlse1.fr/pub/reseau/cache/squidguard_contrib/blacklists.tar.gz

Voici les commandes à faire pour les installer :

wget ftp://ftp.univ-tlse1.fr/pub/reseau/cache/squidguard_contrib/blacklists.tar.gz
sudo tar zxvf blacklists.tar.gz -C /var/lib/squidguard/db/
sudo su
cd /var/lib/squidguard/db
mv blacklists/* .
rm -rf blacklists

C'est à partir de cette liste noire que la base de données va être créée pour SquidGuard. Si vous regardez le répertoire /var/lib/squidguard/db, vous verrez pleins de sous-répertoires de thèmes pour les listes noires (gambling, radio, webmail, porn, adult, etc.). Ce sont ces thèmes qu'il faudra définir dans le fichier de configuration de Squidguard.

Mise à jour hebdomadaire automatique des listes noires

Pour mettre automatiquement à jour, chaque semaine, les listes noires de SquidGuard, il suffit de créer une tâche cron. Créez le fichier /etc/cron.weekly/squidguard_blacklists :

sudo gedit /etc/cron.weekly/squidguard_blacklists

et inscrivez-y les lignes suivantes :

#!/bin/sh
#
# Fichier /etc/cron.weekly/squidguard_blacklists
#
# Télécharge chaque semaine les listes noires pour SquidGuard
# et met à jour les bases de ce dernier.

if [ -d /var/lib/squidguard ]; then
	wget ftp://ftp.univ-tlse1.fr/pub/reseau/cache/squidguard_contrib/blacklists.tar.gz -O /var/lib/squidguard/blacklists.tar.gz
	tar zxvf /var/lib/squidguard/blacklists.tar.gz -C /var/lib/squidguard/
	rm -rf /var/lib/squidguard/db
	mkdir /var/lib/squidguard/db || true
	mv -f /var/lib/squidguard/blacklists/* /var/lib/squidguard/db/
	chmod 2770 /var/lib/squidguard/db
	rm -rf /var/lib/squidguard/blacklists /var/lib/squidguard/blacklists.tar.gz
	/usr/bin/squidGuard -C all
	chown -R proxy:proxy /etc/squid3 /var/log/squid3 /var/spool/squid3 /usr/lib/squid3 /usr/sbin/squid3 /var/lib/squidguard
	service squid3 restart
fi

Rendez ce fichier exécutable :

sudo chmod +x /etc/cron.weekly/squidguard_blacklists

Si vous le désirez, vous pouvez le tester (attention, il est long à rendre la main, à cause de la mise à jour des bases de SquidGuard) :

sudo /etc/cron.weekly/squidguard_blacklists
Le fichier de configuration

Le fichier de configuration est : /etc/squidguard/squidGuard.conf

De même sauvegardez ce fichier avec la commande :

sudo cp /etc/squidguard/squidGuard.conf /etc/squidguard/squidGuard.conf.orig

Maintenant, éditez ce fichier avec l'éditeur de votre choix en ayant les droits administrateur.

remplacer le ficher avec les lignes suivantes :

#
# CONFIG FILE FOR SQUIDGUARD
#

dbhome /var/lib/squidguard/db
logdir /var/log/squid3

# ------------------------------------------------------------
# Définition de la base de données de filtrage utilisée
# ------------------------------------------------------------
dest adult {
        domainlist adult/domains
        urllist adult/urls
}

dest publicite {
        domainlist publicite/domains
        urllist publicite/urls
}

dest warez {
        domainlist warez/domains
        urllist warez/urls
}

dest porn {
        domainlist porn/domains
        urllist porn/urls
}

dest violence {
        domainlist violence/domains
        urllist violence/urls
}

# ajoutez ici les thèmes supplémentaires de votre choix présents dans la blacklist de la façon suivante :
# dest <nom du thème> {
#        domainlist <nom du thème>/domains
#        urllist <nom du thème>/urls
# }

# ------------------------------------------------------------
# Définition des ACL
# ------------------------------------------------------------

acl {
  default {
# les thèmes supplémentaires sont à ajouter avant le mot-clé all par !<nom du thème>
        pass !porn !adult !publicite !warez !violence all
        redirect  http://www.ovh.com/fr/images/hosting/astuce_htaccess/interdit.jpg
  }
}
# ------------------------------------------------------------

Si Squid ne démarre pas, et que /var/log/squid3/cache.log signale le problème "The url_rewriter helpers are crashing too rapidly", c'est que SquidGuard ne répond pas assez vite. Ceci est probablement dû à un thème contenant des expressions régulières (par exemple la base redirectors). Dans ce cas, essayer de mettre moins de thèmes dans l'ACL

Maintenant il faut générer la base de données avec la commande suivante :

sudo squidGuard -C all

Patientez un peu car ça peut être long.

Vous aurez compris ici que SquidGuard va rediriger toutes les pages qui sont non conformes à la règle pass vers la page web : http://www.ovh.com/fr/images/hosting/astuce_htaccess/interdit.jpg (la page http://roozeec.free.fr/interdiction.html n'est plus accessible, toute autre page affichant un logo d'interdiction peut aussi bien faire l'affaire)

Configuration de IPTABLES

Maintenant que tout est fait pour ce qui est du proxy, il faut aussi que les requêtes du navigateur soit redirigées vers le proxy Squid que nous venons de configurer. Pour cela, il faut d'abord trouver l'identifiant de l'utilisateur proxy (UID) avec la commande :

grep proxy  /etc/passwd
proxy:x:13:13:proxy:/bin:/bin/sh

Ici la réponse est 13, donc nous allons créer la règle iptables suivante (13 est ici la valeur donnée précédemment) :

sudo iptables -t nat -A OUTPUT -m owner ! --uid-owner 13 -p tcp -m tcp --dport 80 -j REDIRECT --to-ports 3128

De façon à lancer cette commande au démarrage du PC, il suffit de la mettre dans le fichier /etc/rc.local, juste avant la commande exit 0 (13 est ici la valeur donnée précédemment) :

#!/bin/sh -e
#
# rc.local
#
# This script is executed at the end of each multiuser runlevel.
# Make sure that the script will "exit 0" on success or any other
# value on error.
#
# In order to enable or disable this script just change the execution
# bits.
#
# By default this script does nothing.

iptables -t nat -A OUTPUT -m owner ! --uid-owner 13 -p tcp -m tcp --dport 80 -j REDIRECT --to-ports 3128

exit 0

Démarrage de Squid

Maintenant que tout est prêt, il suffit de lancer Squid, mais avant tout il va falloir lancer quelques commandes pour bien définir les droits des fichiers :

sudo chown -R proxy:proxy /etc/squid /var/log/squid /var/spool/squid /usr/lib/squid /usr/sbin/squid /var/lib/squidguard

Lancer maintenant la commande :

sudo squid -z

Maintenant le démarrage proprement dit :

sudo /etc/init.d/squid start

Et la réponse doit être : Starting Squid HTTP proxy squid [ok]

DansGuardian

Deux autres solutions sont d'utiliser DansGuardian via une passerelle tel qu'expliqué sur cette page ou d'utiliser DansGuardian directement sur le pc naviguant sur le net (solution plus simple à mettre en place).

OpenDNS

La technique est différente, il s'agit ici d'utiliser le service DNS qui transforme une adresse ( ex "http://ubuntu-fr.org" en adresse machine : "80.125.12.55" ). Du coup PAS DE LOGICIEL à installer sur l'ordi, aucune baisse de performances. La démarche est simplement de rajouter ce DNS à votre configuration réseau. Il faut bien sûr que le compte de l'enfant ne lui permette pas d'aller modifier ce réglage.

Tutoriel en anglais

Ci-dessous la traduction en français

Ubuntu

  1. Faites un clic-droit sur l' "icône réseau"(situé en haut à droite, par défaut) et cliquez sur "Modification des Connexions" pour ouvrir le Gestionnaire des connexions réseau.
  2. Choisissez le type de connexion dont vous disposez. Pour cet exemple, nous allons utiliser "Filaire".
  3. Sous "Filaire", sélectionnez "Auto Etho 'et cliquez sur " Modifier ".
  4. Dans la fenêtre 'Modification Auto Etho', cliquez sur l'onglet «Paramètres IPv4".
  5. Sous "Paramètres IPv4", changer la méthode 'Adresses automatiques uniquement (DHCP)".
  6. Mettez ces adresses comme Serveurs DNS : 208.67.222.222, 208.67.220.220
  7. Cliquez sur "OK" et redémarrez votre machine. Vous pouvez ensuite visiter http://welcome.opendns.com pour confirmer que vous utilisez OpenDNS.

Pour éviter que vos réglages soient révoqués après redémarrage, ou après des périodes d'inactivité, il peut être nécessaire de faire les modifications suivantes par l'intermédiaire de la ligne de commande :

$ sudo cp /etc/resolv.conf /etc/resolv.conf.auto
$ gksudo gedit /etc/dhcp3/dhclient.conf
# Ajoutez la ligne suivante au document
prepend domain-name-servers 208.67.222.222,208.67.220.220;
# enregistrez et quittez
$ sudo ifdown eth0 && sudo ifup eth0

Il peut être nécessaire de changer eth0 pour votre propre interface réseau si elle utilise un nom non-standard.

OpenDNS et adresse IP dynamique

Une fois que vous avez créé un compte sur OpenDNS, il faut associer à ce compte votre adresse IP. Si vous avez une adresse IP dynamique la mise à jour automatique de cette association peut se faire :

via une simple requête WEB lancée automatiquement toutes les 10 minutes
$ sudo crontab -e
# Ajoutez la ligne suivante au document (voir doc vi ou nano)
*/10 * * * * wget -O - -q --http-user=opendnslogin --http-passwd=opendnspassword https://updates.opendns.com/nic/update
# enregistrez et quittez (voir doc vi ou nano)

« opendnslogin » est à remplacer par le login de votre compte OpenDNS

« opendnspassword » est à remplacer par le mot de passe de votre compte OpenDNS

avec ddclient

doc sur opendns

Installez les paquets ddclient.

éditez le fichier /etc/ddclient.conf

# /etc/ddclient.conf
ssl=yes # use ssl-support
use=web, web=whatismyip.org
protocol=dyndns2
server=updates.opendns.com
login=opendnslogin
password='opendnspassword'
home

« opendnslogin » est à remplacer par le login de votre compte OpenDNS « opendnspassword » est à remplacer par le mot de passe de votre compte OpenDNS

éditez le fichier /etc/default/ddclient

# Configuration for ddclient scripts
# generated from debconf on mardi 22 décembre 2009, 18:06:36 (UTC+0100)
#
# /etc/default/ddclient

# Set to "true" if ddclient should be run every time a new ppp connection is
# established. This might be useful, if you are using dial-on-demand
run_ipup="true"

# Set to "true" if ddclient should run in daemon mode
run_daemon="true"

# Set the time interval between the updates of the dynamic DNS name in seconds.
# This option only takes effect if the ddclient runs in daemon mode.
daemon_interval="600"

Vérifiez que run_daemon est bien sur true

vous pouvez tester le client avec

sudo ddclient -v

et relancer le daemon

sudo /etc/init.d/ddclient restart

OpenDNS et session utilisateur

Il est possible de faire en sorte que le filtrage ne s'applique que si la session d'un utilisateur bien défini est ouverte.

Pour cela il faut créer un script bash et deux fichiers DNS (resolv), un pour les utilisateurs non restreints et un pour l'utilisateur à restreindre.

Dans l'exemple ci-dessous le script s'appelle « opendns », le fichier DNS non restreint « resolv.adult » et restreint « resolv.child »

Créer le fichier /etc/resolv.child :

$ sudo gedit /etc/resolv.child

avec les lignes suivantes :

# generated by opendns - resolv.child

# /usr/sbin/opendns
# /etc/resolv.child
# /etc/resolv.adult
# link /etc/NetworkManager/dispatcher.d/opendns
# line opendns in crontab as root (sudo crontab -e)
# line ALL ALL=NOPASSWD:/usr/sbin/opendns in /etc/sudoers (sudo visudo)

nameserver 208.67.222.222
nameserver 208.67.220.220

Propriétaire : root via chown ; Permissions : 644 via chmod

$ sudo chown root:root /etc/resolv.child
$ sudo chmod 644 /etc/resolv.child

Créer le fichier /etc/resolv.adult :

$ sudo gedit /etc/resolv.adult

Avec les lignes suivantes :

# generated by opendns - resolv.adult

# /usr/sbin/opendns
# /etc/resolv.child
# /etc/resolv.adult
# link /etc/NetworkManager/dispatcher.d/opendns
# line opendns in crontab as root (sudo crontab -e)
# line ALL ALL=NOPASSWD:/usr/sbin/opendns in /etc/sudoers (sudo visudo)

nameserver x.x.x.x
nameserver y.y.y.y

x.x.x.x et y.y.y.y sont à remplacer par les DNS de votre FAI

Propriétaire : root via chown ; Permissions : 644 via chmod

$ sudo chown root:root /etc/resolv.adult
$ sudo chmod 644 /etc/resolv.adult

Créer le fichier /usr/sbin/opendns :

$ sudo gedit /usr/sbin/opendns

avec les lignes suivantes :

#!/bin/bash

# /usr/sbin/opendns
# /etc/resolv.child
# /etc/resolv.adult
# link /etc/NetworkManager/dispatcher.d/opendns
# line opendns in crontab as root (sudo crontab -e)
# line ALL ALL=NOPASSWD:/usr/sbin/opendns in /etc/sudoers (sudo visudo)

if users | grep -c "child" > /dev/null ; then
wget -O - -q --http-user=opendnslogin --http-passwd=opendnspassword https://updates.opendns.com/nic/update
cp /etc/resolv.child /etc/resolv.conf
else
cp /etc/resolv.adult /etc/resolv.conf
fi

A la ligne

if users | grep -c "child" > /dev/null ; then

"child" est a remplacer par le nom de l'utilisateur que vous souhaitez restreindre (garder les guillemets)

« opendnslogin » est à remplacer par le login de votre compte OpenDNS

« opendnspassword » est à remplacer par le mot de passe de votre compte OpenDNS

Ce script remplacera les DNS normaux par les DNS de OpenDNS si la session « child » est ouverte et mettra à jour votre adresse IP (dynamique) sur OpenDNS. Si la session « child » est inactive les DNS seront ceux de votre FAI et il n'y aura pas de mise à jour de votre adresse IP sur OpenDNS.

Propriétaire : root via chown ; Permissions : 755 via chmod

$ sudo chown root:root /usr/sbin/opendns
$ sudo chmod 755 /usr/sbin/opendns

Il faut ensuite permettre aux utilisateurs de lancer le script en tant que root sans avoir à taper le mot de passe :

$ sudo visudo 
# Ajoutez la ligne suivante au document (voir doc vi ou nano) :
ALL ALL=NOPASSWD:/usr/sbin/opendns
# enregistrez et quittez (voir doc vi ou nano)

Ajouter un lien dans /etc/NetworkManager/dispatcher.d/ pour que le script s'exécute à chaque changement d'état du réseau avec la commande :

$ sudo ln /usr/sbin/opendns /etc/NetworkManager/dispatcher.d/opendns

Ajouter la ligne dans le cron pour que le script s'exécute toute les 10 minutes :

$ sudo crontab -e
# Ajoutez la ligne suivante au document (voir doc vi ou nano)
*/10 * * * * /usr/sbin/opendns
# enregistrez et quittez (voir doc vi ou nano)

Dans ce cas, le script opendns effectuant lui-même la mise à jour de l'adresse IP sur OpenDNS, il n'est plus nécessaire de mettre la ligne d'update automatique dans le crontab décrite plus haut (OpenDNS et adresse IP dynamique).

Vous pouvez aussi mettre "sudo opendns" dans les programmes de démarrage de la session « child » (que « child » pourrait quand même désactiver, c'est pour cela que l'on utilise aussi le crontab)

Voir aussi



Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0