mount et fstab : Le montage des systèmes de fichiers

Un nouveau périphérique de stockage, lorsqu'il est détecté, est la plupart du temps monté automatiquement. Mais il peut être intéressant de monter manuellement, ou de spécifier des options de montage ou de modifier celles des partitions système.

Outre les outils graphiques, la gestion du montage des périphériques de stockage peut s'effectuer en ligne de commande, ou grâce au fichier /etc/fstab (montage automatique).
Nous allons découvrir ces outils, ainsi que quelques commandes utiles.

Il existe 2 logiciels graphiques très pratiques pour ceci : gnome-disk-utility est dans les dépôts, et sa documentation explique clairement que faire. Disk-Manager est encore plus simple, mais n'est plus maintenu et donc plus dans les dépôts.

Outre la documentation des 2 logiciels ci-dessus, le montage graphique est documenté sur la page Rendre accessible manuellement une partition et d’autres unités de stockage.

Les informations de cette page s'adressent aux utilisateurs avancés, ou à ceux qui souhaiteraient le devenir ^_^
Le montage des partitions a un impact sur le système et nécessite donc les droits d'administration.
L'utilisation des droits d'administration permet de modifier le système, et risquer de l'abîmer.
Il est préférable de sauvegarder votre fichier /etc/fstab avant manipulation.

Quelques liens : Les systèmes de fichiers sous Linux ainsi que le portail Partitions.

Les périphériques sont désignés par le système par des fichiers dans le répertoire /dev/.

Les périphériques de stockage seront donc reconnus par /dev/sda, /dev/sdb, etc.
Les partitions sont désignées par leur numéro dans le disque (/dev/sda1, /dev/sda2, …)

Les partitions peuvent aussi être reconnues par leur UUID ou leur label.

C'est une partition que l'on monte (sdb1, par exemple), JAMAIS un disque (sdb, par exemple) : cela ne fonctionne pas.

Liste des partitions

Vous pouvez lister les partitions en lançant la commande :

 sudo fdisk -l 

Ce qui vous ressortira quelque chose comme :

Disk /dev/sda: 117.3 GB, 117298257920 bytes
255 têtes, 63 secteurs/piste, 14260 cylindres, total 229098160 secteurs
Unités = secteurs de 1 * 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Identifiant de disque : 0x00067e35

Périphérique Amorce  Début        Fin      Blocs     Id  Système
/dev/sda1            2048    41945087    20971520   83  Linux
/dev/sda2        41945088    58722303     8388608   82  partition d'échange Linux / Solaris
/dev/sda3        58722304   121636863    31457280   83  Linux
/dev/sda4   *   121636864   206187183    42275160    7  HPFS/NTFS/exFAT

Disk /dev/sdb: 500.1 GB, 500107862016 bytes
255 têtes, 63 secteurs/piste, 60801 cylindres, total 976773168 secteurs
Unités = secteurs de 1 * 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 4096 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 4096 octets / 4096 octets
Identifiant de disque : 0x000e4fe9

Périphérique Amorce  Début        Fin      Blocs     Id  Système
/dev/sdb1            2048   976773119   488385536   83  Linux

Vous pouvez alors lire la liste des périphériques de stockage (disques dur, clés usb,…) avec la liste des partitions et leur taille.

Note sur les UUIDs

L'UUID est défini pour chaque partition de façon quasi-unique, et assure qu'il n'y aura pas d'ambiguïtés dans votre fstab.

Pour obtenir les UUIDs de vos partitions, tapez

sudo blkid

Vous obtiendrez la liste de vos partitions et pour chacune, son chemin d'accès, son UUID, son étiquette, le type de système de fichier qu'elle contient :

/dev/sda1: UUID="8bf33340-e94c-4c4c-981d-35e73f8bc65c" TYPE="ext4" 
/dev/sda2: UUID="ac56a704-260b-45f5-85ac-e1b451bb79bc" TYPE="swap" 
/dev/sda3: LABEL="Home" UUID="8244710a-5cce-49ad-8b93-a92b5d2e53a0" TYPE="ext4" 
/dev/sda4: UUID="DCF041AFF0419126" TYPE="ntfs" 
/dev/sdb1: LABEL="Home" UUID="2c313d40-6bdc-4e42-917a-b04f88764aac" UUID_SUB="c21f5351-4022-41af-b504-6b59b455bf23" TYPE="btrfs" 

Ainsi, dans votre fstab, les trois lignes suivantes sont équivalentes :

/dev/sda3                                     /home ext4 defaults    0 0
UUID=8244710a-5cce-49ad-8b93-a92b5d2e53a0     /home ext4 defaults    0 0
LABEL=Home                               /home ext4 defaults    0 0

La première ligne est déconseillée dans la mesure où le chemin d'accès à la partition (/dev/sda3) dépend du contexte dans lequel le fichier /etc/fstab est exploité ; la seconde est la plus solide, car l'UUID d'une partition n'est qu'exceptionnellement modifiée ; la troisième est la plus claire, mais l'unicité de l'étiquette n'est pas garantie, ni sa pérennité, l'utilisateur ayant tout loisir de nommer ses partitions comme il l'entend (des conflits peuvent survenir du fait de la présence au démarrage de temps à autre de périphériques amovibles).

Pour monter un périphérique, il faut connaître son nom, qui sera de la forme /dev/sda1, par exemple.

La commande mount permet de manipuler tous les montages de systèmes de fichier de manière très précise. Par exemple, pour monter l'unité de stockage "/dev/sdc3" dans le dossier "/media/stock" :

sudo mount /dev/sdc3 /media/stock

Le système de fichier utilisé est détecté automatiquement.

Le point de montage doit être un dossier, quelconque mais existant et vide au moment du montage.
Ubuntu monte automatiquement les disques dans des sous-dossiers du répertoire /media par exemple, dossiers qu'il crée automatiquement avant.

Point de montage dont le nom comporte un espace.

Pour la commande mount : l'espace doit être précédé d'un caractère d’échappement \, ou le nom du dossier mis entre guillemets "" .

Pour Fstab : l'espace doit être remplacé par \040 .

Nous allons voir comment spécifier des options ou le système de fichiers.

Format de la partition

Le type de fichiers est normalement détecté par la commande mount. Néanmoins il peut être nécessaire de lui imposer un format :

sudo mount -t [type] /dev/sdc3 /media/stock

[type] est le format de système de fichiers (Les systèmes de fichiers). Voici les plus fréquents :
ext2, ext3, ext4, f2fs, fat (Fat16), vfat (Fat32), ntfs, reiserfs, btrfs, tmpfs, iso9660(Disques),…

Exemples :

mount -t ext4 /dev/sdc3 /media/stock       # Système de fichiers en ext4
mount -t vfat /dev/sdc3 /media/partage     # Système de fichiers et Fat32
mount -t iso9660 /dev/sdd /media/cdrom     # CD


On peut aussi monter des fichiers, comme par exemple des Isos (images disque) :

mount -o loop ubuntu-cdrom.iso /media/cd-installation

Droits par défaut du volume

Cas concret : vous avez une partition en vfat sur votre disque dur et vous voudriez, en tant qu'utilisateur lambda, pouvoir lire et écrire dessus.
Le système de fichier vfat ne spécifiant aucun droit, nous devons les lui spécifier lors du montage. Il faut alors indiquer à mount la valeur de umask adéquate grâce à l'option homonyme.

sudo mount -o umask=0 /dev/hda7 /media/win_d

Cette méthode a un inconvénient : les autorisations en exécution sont nécessaires pour les répertoires mais pénibles pour les fichiers. On peut alors préciser un umask pour chacun d'eux :

sudo mount -o fmask=111 -o dmask=0 /dev/hda7 /media/win_d

Vous pouvez également restreindre les droits en montant le système de fichier en lecture seule (c'est-à-dire avec aucun droit en écriture). L'option "-o umask=0222" est alors tout indiquée.

En ce qui concerne les systèmes de fichiers qui ont une gestion des permissions (comme Ext2, Ext3, ReiserFs etc…), si vous souhaitez pouvoir écrire dans cette partition en tant que simple utilisateur, vous devez changer les permissions ou l'appartenance du dossier.

Dans notre exemple précédent, si /dev/sdc3 est en ext3 :
Après avoir monté la partition dans /media/stock :

sudo chown utilisateur /media/stock

Désormais cette partition appartient à l'utilisateur, peu importe où elle sera montée ensuite.

Autres options

D'autres options peuvent être spécifiées au montage comme nous le verrons dans le paragraphe suivant. Les mêmes options (default, etc) peuvent être spécifiées avec mount, après "-o". Par exemple :

mount -t vfat -o defaults,rw,user,umask=022,uid=1000 /dev/sdc3 /media/stock

Le fichier /etc/fstab liste les partitions qui seront montées automatiquement au démarrage ou à la connexion du périphérique, avec toujours les mêmes options.
Il est composé de plusieurs lignes décrivant chacune les conditions de montage de chaque partition / système de fichier.
Le fichier fstab est créé lors de l'installation, avec le montage de la partition principale, et de la swap. Mais on peut y ajouter manuellement des partitions supplémentaires, qui seront alors automatiquement lues par le système au démarrage.

Si le nom d'un point de montage contient un espace, cet espace doit être remplacé dans /etc/fstab par \040

Les bases

Le fichier /etc/fstab suivant résume une configuration classique :

# /etc/fstab: static file system information.
#
# Use 'blkid' to print the universally unique identifier for a
# device; this may be used with UUID= as a more robust way to name devices
# that works even if disks are added and removed. See fstab(5).
#
# <file system> <mount point>   <type>  <options>       <dump>  <pass>
# / was on /dev/sda7 during installation
UUID=33b870b8-a81e-4203-a4fd-7affa9f412fb    /               ext4    errors=remount-ro 0       1
# /boot was on /dev/sda5 during installation
UUID=c3cc32c0-b4bd-49f6-b23c-35fed37adea5    /boot           ext2    defaults        0       2
# /home was on /dev/sda8 during installation
UUID=c2d386a1-c2f9-4d2f-957a-65a5d9b4c4d7    /home           ext4    defaults        0       2
# swap was on /dev/sda6 during installation
UUID=2c442228-1991-48c7-bad9-a80dfc8267cf    none            swap    sw              0       0

Ici, le disque principal est sda7, et son swap est sda6. Ces lignes ont été créées par l'installateur. Les partitions additionnelles montées sont sda5 et sda8, et on été ajoutées à la main.

  1. la colonne <file system> indique la partition elle-même. Il y a plusieurs solutions, mais les 2 principales sont :
    1. l'UUID (Universal Unique Identifier) de la partition. Celle-ci sera obtenue via un sudo blkid, via gnome-disk, ou via gparted. Un UUID resemble à cela UUID=2c442228-1991-48c7-bad9-a80dfc8267cf
    2. la référence directe à la partition sous la forme /dev/sda2 ou /dev/sdb2 (sd signifie disque dur, la lettre est l'ordre du disque dans le boot, et le N° est celui de la partition. /dev/sdb2 est donc la 2e partition du 2e disque dur). Inconvénient de cette méthode : si vous changez le 1er disque de démarrage dans le boot, la signification de sdb2 (par exemple) changera en même temps. l'UUID est donc un identifiant plus stable et plus sur.
  2. la colonne <mount point> indique un répertoire quelconque sur la partition principale, et qui servira de point de montage. Pour la partition principale elle-même, c'est évidemment "/" (la racine). Pour une partition montée additionnelle, on choisit en général (ce n'est pas un emplacement obligatoire) un répertoire /media/xxx (où xxx est le nom que vous choisissez pour la partition de montage). Vous devez créer manuellement cette partition de montage une fois pour toutes par un sudo mkdir /media/xxx. Laissez-la vide, et n'y touchez plus jamais. Elle sert juste d'ancrage au fstab pour son montage.
  3. La colonne <type> donne le type de système de fichiers de la partition montée. Pour une partition linux, c'est souvent ext4.
  4. La colonne <option> permet de choisir des options au montage. Sauf si vous êtes un expert, laissez defaults pour une partition ajoutée par vous au montage.
  5. la colonne <dump> règle les sauvegardes; la valeur classique est 0.
  6. la colonne <pass> règle la vérification au démarrage. Laissez-y les valeurs par défaut de l'installation. Si vous ajoutez manuellement des partitions, les valeurs de <pass> doivent être:
    • 1 pour la racine (votre partition principale),
    • 2 pour les autres partitions Linux (les partitions "externes" que vous souhaitez monter),
    • 0 pour le swap et les partitions windows (cf. fstab) ⇒ pas de vérification.

Par exemple une ligne fstab type pour un montage d'une partition linux ext4 sera :
/dev/sdb2 /media/partition-plus ext4 default 0 2
Qui monte automatiquement la 2e partition du 2e disque dur.
Il ne faut juste pas oublier de créer "l'ancrage" /media/partition-plus par un sudo mkdir /media/partition-plus

Lorsqu'un système de fichiers (partition) est présent dans le fichier /etc/fstab, il est monté automatiquement au démarrage de la machine.
Les utilisateurs peuvent également le démonter manuellement ou le monter en tapant unmount ou mount /media/xxx (où xxx est le nom de votre répertoire de montage).

Utilisation avancée

Pour aller plus loin, voici la liste des options pour la colonne <option>. Certaines options sont communes à tous les systèmes de fichiers, d'autres sont spécifiques à la norme POSIX (tous les systèmes de fichiers Linux), d'autres à certains systèmes de fichiers. Voici la plupart des options que vous pourrez rencontrer :

Options Description Compatible
defaults Correspond à: rw,suid,dev,exec,auto,nouser,async Tous
rw/ro Montage en lecture/écriture (par défaut) ou lecture seule Tous
suid/nosuid Les bits SUID et SGID sont pris en compte (ou non)
Relatif aux droits donnés aux exécutables sur la partition
Tous
dev/nodev Interprète ou non les fichiers spéciaux de périphériques présents sur le système (par défaut) Tous
exec/noexec Autorise l'exécution des programmes (par défaut) Tous
auto/noauto Montage automatique (ou non) lors d'un appel mount -a (par défaut) Tous
nouser Seul le compte root peut monter/démonter le système de fichier (par défaut) Tous
_netdev Le système de fichiers est sur une machine qui nécessite un accès réseau. Cela indique au système d'attendre que la configuration réseau soit active avant de procéder au montage ??
async Montage asynchrone (par défaut) Tous
atime/noatime Inscrit (ou non) la date d'accès (préférez noatime pour les SSD) Norme POSIX
sw Spécifique à l'activation des partitions swap swap
discard active le TRIM sur les partitions SSD (à rajouter manuellement) ext4, btrfs (SSD)

D'autres options restent moins fréquentes (Liste non exhaustive) :

Options Description Compatible
user Autorise l'utilisateur courant à monter/démonter le système de fichier. Ceci entraîne l'utilisation des options noexec, nosuid, et nodev (à moins que exec,dev,suid ne soient spécifiés). Tous
sync Montage synchrone (semblerait déconseillé) ext2-3, fat, vfat, ufs
uid= Spécifie le n° du propriétaire des fichiers pour les systèmes de fichiers non-Linux (où ce n'est donc pas spécifié). Vous pouvez trouver le votre dans "/etc/passwd".
* Si non spécifié : root
* Si uid ou gid spécifié sans nombre, utilisateur actuel.
Formats non-Linux
gid= Pareil pour les groupes propriétaires (Les numéros de groupes sont dans /etc/group) Formats non-Linux
umask= Spécifie les permissions (droits d'accès/lecture/écriture) sur la partition, même fonctionnement que uid et gid. Formats non-Linux (fat)
dir_mode= Spécifie les droits d'usage des dossiers (si omis : umask actuel) Formats non-Linux
dmask= Spécifie les droits d'usage des dossiers (si omis : umask actuel) Formats non-Linux (fat)
file_mode= Spécifie les droits d'usage des fichiers (si omis : umask actuel) Formats non-Linux
fmask= Spécifie les droits d'usage des fichiers (si omis : umask actuel) Formats non-Linux (fat)
utf8 Convertit l'encodage unicode 16 bits des caractères en utf8 pour les noms de fichiers ISO9660 (Images CD/DVD), Ntfs, Fat32
windows_names Empêche l'usage des caractères non compatibles avec Windows dans les noms de fichiers :
/ \ : ? * < > " barre verticale.
fat, ntfs
Attention l'option sync ne concerne pas que le montage. En version 16.04.1, il semble que chaque écriture sur partition NTFS devienne synchrone avec le système de fichier et la copie d'un fichier peut prendre 1000 (mille) fois plus de temps. Le débit chutant à 10 Ko/s

Il y a aussi d'autres options possibles, Voir man mount ou http://www.dsm.fordham.edu/cgi-bin/man-cgi.pl?topic=systemd.mount&ampsect=5

Voir aussi la page Comment accéder à ses partitions Windows depuis GNU/Linux ? et Monter des partages Windows au démarrage

Problèmes rencontrés lors de l'ajout d'un disque dur secondaire :
1) Une erreur peut survenir lorsque l'on tente d'éditer le fichier fstab (avec gedit par exemple). Si le message suivant apparaît :

 (gedit:...): Gtk-WARNING ** 

il est préférable d'utiliser la commande gksudo (kdesudo dans Kubuntu) à la place de sudo.

2) Accessibilité
Une fois que la partition du disque supplémentaire est ainsi ajoutée dans le fichier fstab :

 # /sauvegarde  sur /dev/sdb1 ajoutée le...
UUID=XXXXXXXX-XXXX-XXXX-XXXX-XXXXXXXXXXXX  /sauvegarde  ext4  rw,suid,dev,noexec,auto,nouser,async,noatime  0  2

et son point de montage ainsi créé :

sudo mkdir /sauvegarde

Comme ce dernier appartient à root, il est momentanément inaccessible. Il faut donc se rendre propriétaire du point de montage.

C'est bien une question de propriétaire (chown), et non de droits (chmod).
Rappelons qu'un "chmod 777" est DANGEREUX.

Si on est seul utilisateur du pc, voici qui suffira :

sudo chown -R $USER:$USER /sauvegarde

Mais dans le cadre d'une utilisation familiale, avec plusieurs utilisateurs et un groupe appelé, disons "famille", on procédera autrement :

sudo chown $USER:famille /sauvegarde

Noter l'absence, cette fois, de l'option "-R".
Et c'est seulement après avoir créé dans "sauvegarde" les sous-répertoires "famille", toto", tata", "titi"… que vous réutiliserez l'option de récursivité "-R" à l'intérieur de ces sous-répertoires :

sudo chown -R toto:toto  /sauvegarde/toto
sudo chown -R tata:tata  /sauvegarde/tata
sudo chown -R titi:titi  /sauvegarde/titi
sudo chown -R $USER:famille  /sauvegarde/famille



Enfin, pour avoir le lien vers "sauvegarde" dans le volet de gauche de votre gestionnaire de fichiers, il sera nécessaire de vous rendre manuellement dans ce répertoire, puis de lui attribuer un signet ou marque-page (le nom et la méthode varient selon votre gestionnaire de fichiers).

Le fichier /etc/mtab contient la liste des montages effectués, que ce soit via fstab ou en ligne de commande avec mount. Il peut être utile de visualiser son contenu pour vérifier qu'un montage est effectif.
Mieux encore, il peut servir de base, après un test avec mount, pour modifier le fichier fstab. Voir le tutoriel à ce sujet : tutoriel monter un volume automatiquement

Il est parfois utile de monter non pas un volume, mais un dossier dans un autre. Ceci peut ressembler à un lien logique mais c'est beaucoup plus puissant, notamment :

  • pour un chroot dans un compte FTP
  • pour monter des fichiers dans un système de fichiers en lecture seule (où on ne peut donc pas créer de liens) (CD,…)
  • pour monter des fichiers (fichiers compressés squashfs,…)

Cela est possible avec l'option "bind".

Par exemple, dans le cas où /mnt/read-only est en lecture seule et où on veut remplacer /mnt/read-only/mauvais-fichier par /home/linux/bon-fichier :

mount --bind /home/linux/bon-fichier /mnt/read-only/mauvais-fichier


Si on veut rendre un dossier privé public (comme un lien, en fait )

mount --bind /home/moi/dossier-à-partager /home/répertoire-accessible-à-tous

Ici, les droits d'écriture ne changent pas : si vous voulez donner le droit d'écrire aux autres utilisateurs, il faudra modifier aussi les droits de /home/moi/dossier-à-partager et pas seulement à /home/répertoire-accessible-à-tous.

Pour rendre persistants ces montages, nous les spécifions dans /etc/fstab comme habituellement.

Voici un exemple :

# /etc/fstab: static file system information.
# <file system>               <mount point>                 <type>  <options>  <dump>  <pass>
[…]
# Un montage bind :
/home/linux/bon-fichier   /mnt/read-only/mauvais-fichier     none       bind      0   0

Dossier de montage inexistant

Il arrive que le répertoire de montage n'existe pas. Dans ce cas, la commande mount renvoie une erreur explicite. Il suffit de le recréer.
Toujours dans notre exemple : (l'option -p permet de créer récursivement les dossiers parents s'il n'existent pas)

sudo mkdir -p /media/stock

Fichiers occupés

Un système de fichier ne peut être démonté tant que certains de ses fichiers sont ouverts par des processus.
Le cas le plus simple est que le répertoire de travail actuel est dans le volume que vous voulez démonter. Sinon, la commande lsof permet de lister tous les fichiers ouverts. En arrêtant les processus qui utilisent le volume, le démontage devient possible.
Par exemple :

sudo lsof | grep /media/stock 

(grep permet de n'afficher que les lignes contenant "/media/stock")

Les logiciels utilisant un volume sont perdus

Imaginons que vous ayez modifié le dossier de montage de /media/moi/stock en /home/moi/stockage.

Il est possible que des logiciels utilisent des fichiers dans /media/moi/stock ; Pour éviter des problèmes de fonctionnement, vous pouvez (si vous pensez que c'est nécessaire) créer un lien symbolique de l'ancien point de montage vers le nouveau :

  • Assurez-vous que rien n'est monté dans /media/moi/stock :
    ls /media/moi/stock
  • Supprimez l'ancien point de montage :
    sudo rmdir /media/moi/stock
  • Créez un lien :
    ln -s /home/moi/stockage /media/moi/stock

Voilà !


Contributeurs : helly (Auteur principal) FélixP (Retouche Octobre2013)

  • mount_fstab.txt
  • Dernière modification: Le 28/08/2018, 07:39
  • par christophe c