Contenu | Rechercher | Menus
Cette page est en cours de rédaction.
Apportez votre aide…

Testdisk

Testdisk est un formidable outil analysant un disque dur à la recherche de partitions effacées ou endommagées. Il recherche un « index » permettant de retrouver une partition formatée à tort. Ayant retrouvé cet index, il reconstitue le système de fichiers.

Il est fourni avec Photorec, un outil permettant d'analyser une partition pour retrouver des fichiers effacés.

ddrescue peut être utilisé préalablement à TestDisk pour récupérer des données sur un disque dur physiquement endommagé (secteurs défectueux). Enfin, fsck peut compléter la récupération après l'utilisation de TestDisk en corrigeant la structure du système de fichiers de la partition récupérée.

Testdisk existe pour Windows, GNU/Linux et DOS.

Pré-requis

  • Savoir ce qu'est un disque dur.
  • Savoir exactement où est branché le disque dur sur son ordinateur :
    • 1er/2e disque dur SATA ?
    • Sur le contrôleur IDE 1 ou 2, en maître ou en esclave ?
  • Savoir ce qu'est une partition et ce qu'est le formatage d'un disque dur.

Installation

Il vous suffit, pour cela, d'installer le paquet testdisk ou avec les sources en suivant cette documentation.

testDisk se trouve sur les dépôts Universe (il faut donc qu'ils soient activés pour l'installer).

Configuration

Pas de configuration particulière.

Utilisation

La version actuelle (Avril 2014) installable sous ubuntu 13.10 est la version 6.14 de juillet 2013. Lancée sur mon ordinateur elle a détecté une partition recovery qui est certainement celle de windows 8.1. une description du fonctionnement d'une version plus récente est disponible sous http://www.cgsecurity.org/wiki/TestDisk_Etape_par_Etape

Taper la commande « sudo testdisk » dans une console (capture d'une version Windows ici, mais il n'y a aucune différence visible entre les versions).

Puis avec les flèches haut et bas, on choisit le disque dur sur lequel se trouve la partition formatée à tort.

Conseils :

  • 1er disque dur (IDE) = C:\ = hda
  • 2e disque dur (SATA) = D:\ = sda

Une bonne méthode pour repérer le bon disque dur est par rapport à sa capacité. Dans cet exemple, il y a 3 disques de 232 GiB, donc, on peut éventuellement se tromper.

Depuis Hardy, le kernel ne distingue plus les ports PATA (EIDE) et SATA, ils sont tous nommés sdX (X est une lettre), avec en priorité les disques SCSI puis les disques SATA et enfin les disques PATA (EIDE), le lecteur CD/DVD quant à lui porte la mention scdX (et X est un chiffre correspondant au numéro du lecteur, 0 pour le premier).

Attention si vous vous trompez de disque dur vous risquez de perdre des données (cela équivaut à le formater en fait).

On choisit l'option « Proceed » en bas avec les flèches « ← » et « → » puis on valide avec « Entrée ».

On choisit le type de partition. Notez qu'on peut ainsi récupérer différents systeme_de_fichiers : des disques XBox, Mac ou Sun. Dans la plupart des cas, ce sera Intel donc pour un PC Windows ou GNU/Linux.

On choisit ensuite « analyse » :

Il nous dit comment est partitionné le disque dur pour le moment. Ici, il y a une grosse partition en FAT32 créée par erreur.

On choisit donc l'option « proceed » :

Il nous dit que la partition actuelle est en bonne santé ; on peut lister les fichiers qu'elle contient et d'autres manipulations, moins conseillées si on ne sait pas ce qu'on fait. Donc on appuie juste sur « Entrée » pour passer a l'étape suivante.

Là on choisit « Search » cela va lancer le scan.

Scan lancé.

On laisse mijoter ainsi longtemps… très longtemps ici pour un disque dur de 250 Gio Mais on constate que, au bout de quelques secondes, il a déjà retrouvé la partition :

On appuie donc sur « Entrée » pour arrêter la recherche car nous avons reconnu notre partition (inutile d'attendre qu'il analyse tout le disque).

Il me liste les partitions effacées qu'il a découvertes. Ici, une autre partition en FAT32 (sûrement une partition encore plus vieille) et MA partition en NTFS ; je vois même le label (le nom) de mon ancienne partition.

Pour récupérer cette partition, il faut appuyer sur les flèches droites et gauche. En effet, on remarque au début de la ligne un « D » ce qui signifie Deleted (effacée) on va changer ça. On peu choisir soit :

  • L = logical
  • E = extended
  • P = primary
  • * = primaire et bootable

Dans mon cas, c'est primary bootable à noter que je n'ai le choix que entre « primary »

et « primary bootable »

Je mets donc le flag « primary bootable » et j'appuie sur « Entrée » pour valider.

Attention, en choisissant « write », il réécrit l'index du disque dur donc tout ce qu'il y a actuellement sur le disque dur sera effacé par contre on pourra récupérer les données de l'ancienne partition (si on n'a pas réécrit dessus).

Puis on redémarre l'ordinateur et c'est tout bon.

Désinstallation

Pour supprimer cette application, il suffit de supprimer son paquet. La configuration de l'application sera conservée ou supprimée selon la méthode de désinstallation que vous choisirez.

Voir aussi


Contributeurs : toth_o.



Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0