Contenu | Rechercher | Menus

cette page doit fusionner elle-même avec https://doc.ubuntu-fr.org/sudo-annexe fait

le but étant de faire une page "conforme au template" pour sudo fait
et ici → https://doc.ubuntu-fr.org/utilisateurs/roschan/elevation_privileges on fera un tuto propre user-friendly fait (il faudra échanger les backlinks) pas fait
et ici → https://doc.ubuntu-fr.org/utilisateurs/roschan/elevation_privileges_avances un tuto avancé avec tout le bullshit obsolète sur gkmachin en cours

La commande sudo

Tout ordinateur a besoin d'un administrateur système. C'est la personne en charge de la configuration initiale et de la maintenance du matériel et du système d'exploitation Ubuntu : installation ou désinstallation de programmes, création de comptes d'utilisateurs, paramétrage du matériel, etc.
L'administrateur est une personne ayant un compte d'utilisateur avec des privilèges supplémentaires.

Sur Ubuntu, ces privilèges peuvent s'exécuter de différentes manières, répertoriées et détaillées sur cette page (FIXME). La plus connue d'entre elle est la commande sudo, qu'on va détailler ici-même.

La commande sudo ne doit pas être utilisée à la légère : elle présente un risque non négligeable pour votre système. Lisez attentivement les remarques sur la sécurité ci-dessous.

Principe de fonctionnement

Pour effectuer des tâches privilégiées à travers l'utilitaire sudo, votre compte d'utilisateur va devoir prendre temporairement le rôle d'administrateur (aussi appelé « root » ou encore « super-utilisateur »​).

Vous disposez d'un compte ayant accès aux privilèges d'administrateur si :

  • votre compte d'utilisateur est celui qui a été créé au moment de l'installation d'Ubuntu. Par défaut, ce compte est le seul compte privilégié ;
  • un administrateur a promu manuellement votre compte d'utilisateur au rôle d'administrateur.
Si votre compte n'a pas accès aux privilèges requis, la commande ne sera pas exécutée.

Reportez-vous à la section Configuration pour plus de détails sur l'ajout ou le retrait des privilèges d'administration à un utilisateur.

Utilisation

Si votre compte est correctement paramétré :

  • Vous allez donc taper une commande dans un terminal, et la faisant précéder de sudo. Exemple avec la commande nano :
    sudo nano
  • Votre mot de passe vous sera alors demandé : tapez-le "à l'aveugle" (aucun caractère ne s'affiche, c'est normal), et validez avec la touche "Entrée".
  • Alors, la commande sera exécutée, non pas en votre nom, mais au nom d'une entité abstraite : le compte "root", qui a tous les droits sur le système.

Important : nature des programmes lancés

Les programmes lancés par les commandes précédées de sudo ne doivent pas être n'importe lesquels.

  • Ne lancez pas de programme graphique (c'est-à-dire qui ouvre une fenêtre), sinon :
    • Si votre système utilise Wayland, ça ne fonctionnera pas ;
    • Si votre système utilise Xorg, ça représente une potentielle faille de sécurité ;
    • Des corruptions des droits de fichiers peuvent entraîner des bugs importants.
  • Na lancez pas avec sudo de programmes d'origine douteuse.
  • Ne lancez pas avec sudo de programmes qui vous demandent déjà tous seuls les droits adéquats : la plupart des programmes exigeant des droits spécifiques les demanderont eux-mêmes, c'est notamment le cas des programmes graphiques d'installation de paquets, des éditeurs de partitions, …
Si vous voulez lancer un programme graphique avec des privilèges d'administrateur, consultez les alternatives recommandées sur cette page (FIXME). Si vous voulez lancer des applications comme GParted ou Synaptic sur un système avec Wayland, reportez-vous à ce paragraphe pour contourner le problème.

Configuration

Ajouter les privilèges à des utilisateurs

Seuls les administrateurs sont habilités à effectuer des tâches administratives à travers l'utilitaire sudo. Pour augmenter les privilèges accessibles à un utilisateur, vous devez vous-même avoir d'abord accès à un compte administrateur.

Pour assigner le rôle d'administrateur à un autre compte d'utilisateur :

  • Via les paramètres du système : la procédure peut légèrement varier en fonction des environnements, mais il s'agit toujours d'ouvrir les paramètres du système, puis de cliquer sur "Utilisateurs" (ou "Utilisateurs et groupes"), sélectionner un utilisateur, et modifier son niveau de privilèges.
  • Via l'utilitaire "Utilisateurs et groupes" si celui-ci est présent sur votre système ;
  • Via un terminal : Ouvrez un terminal et exécutez la commande suivante :
    sudo adduser <identifiant> sudo

    <identifiant> doit être remplacé par l'identifiant du compte d'utilisateur (sans les <chevrons>) auquel des privilèges supplémentaires doivent être accordés.

Les changements de privilèges ne sont pas appliqués dès leur enregistrement. Ils ne sont appliqués que lorsque toutes les sessions en cours sont closes pour le compte concerné. À l'ouverture de session suivante pour ce compte, les nouveaux privilèges sont pris en compte.

Configuration avancée

On peut configurer plus finement les privilèges accordés par l'utilitaire sudo afin d'autoriser ou refuser l'exécution de tâches privilégiées. Plus que simplement autoriser l'exécution de toutes les tâches administratives à un groupe d'utilisateurs par l'authentification par mot de passe, sudo peut être paramétré pour permettre à un utilisateur particulier ou un groupe d'utilisateurs particulier d'exécuter une ou des tâches bien précises, avec ou sans saisie du mot de passe.

D'autres paramètres, tels le délai d'attente avant qu'une ré-authentification soit nécessaire, l'endroit où est enregistré le journal d’événements et le niveau de courtoisie de sudo, sont aussi paramétrables.

Reportez-vous à cette page pour découvrir la configuration avancée avec /etc/sudoers/

Remarques sur la sécurité

Le « super-utilisateur » ayant TOUS les droits sur le système, son utilisation peut être TRÈS dangereuse, pour plusieurs raisons :

  • Une manipulation dangereuse de votre part. Il est possible que vos manipulations ça aboutisse au dérèglement d'une partie du système. Soyez toujours certain du résultat attendu de vos commandes avant de les lancer.
  • Une erreur de votre part. Même pour une manipulation supposée sans risque, la moindre faute de frappe dans les commandes peut aboutir à de graves problèmes.
  • Du code malveillant. Si vous exécutez un programme ou un script malveillant avec les droits de super-utilisateur, celui-ci n'aura aucun mal à prendre le contrôle du système en totalité et à s'implanter en profondeur dans le système.
  • Sur les systèmes utilisant Xorg, faire cohabiter les fenêtres de l'utilisateur avec ceux du super-utilisateur au sein de la même session représente une faille de sécurité potentielle, qui a en partie motivée la création de Wayland. C'est entre autres pourquoi il est déconseillé de lancer des programmes graphiques avec sudo.

Alternatives à sudo

  • polkit fonctionne selon un principe différent : un programme ("démon") s'exécute en arrière-plan (sans fenêtre), et dispose des droits root. Les applications sont invitées à lui demander les droits nécessaires pour effectuer des opérations spécifiques. Cela évite de lancer des programmes graphiques en tant que super-utilisateur, ça évite également d'utiliser sudo pour des commandes n'en ayant pas besoin, la sécurité est donc accrue, et moins d'actions sont requises de la part de l'utilisateur (ce sont les applications qui demandent les droits, pas l'utilisateur). Parmi les programmes capables d'utiliser PolKit, on peut citer :
  • su permet de se connecter en tant que super-utilisateur de manière durable. C'est extrêmement dangereux, ne faites pas ça à la légère.

Avantages de sudo

Le fonctionnement de sudo peut sembler complexe en comparaison à l'utilisation directe d'un compte root, qu'Ubuntu a choisi de ne pas activer par défaut.

Les avantages de l'emploi de sudo, par opposition à l'emploi direct d'un unique compte super-utilisateur (root) via la commande su, sont nombreux pour une utilisation dans un environnement domestique ou de PME/PMI :

  • L'installateur d'Ubuntu est ainsi plus concis.
  • Les administrateurs n'ont pas à se souvenir d'un mot de passe supplémentaire.
  • Cela évite le comportement du « Je peux faire n'importe quoi sur ma machine » :
    avant d'effectuer une action d'administration, Ubuntu vous demande votre mot de passe, ce qui devrait faire vous réfléchir sur les conséquences de vos actions ;
  • sudo conserve une trace de toutes les commandes exécutées. Si un problème apparaît, vous pourrez toujours consulter ce journal afin de retrouver la commande ayant causé le problème ;
  • Tous les pirates tentant de pénétrer par la force brute votre système savent qu'il existe un compte appelé root et essaieront de pirater celui-ci d'abord. Ils ne connaissent pas les identifiants des autres utilisateurs de votre ordinateur ;
  • Ceci permet un transfert rapide des droits d'administration, sans compromettre la sécurité de votre environnement informatique par le partage d'un mot de passe unique pour le compte root ;
  • sudo peut être configuré avec de manière affinée.

Utilisation avancée

Au delà de ce point, les manipulations visent uniquement aux utilisateurs avancés.

Observer le journal des tâches exécutées précédemment par « sudo »

L'ensemble des actions exécutées à travers l'utilitaire sudo – qu'elles s'accomplissent avec succès ou échec – sont journalisées. Elles sont inscrites dans le fichier de journal /var/log/auth.log.

Rediriger un flux avec « sudo »

sudo pose a priori des problèmes pour la redirection de flux dans une console. Par exemple, la redirection suivante ne fonctionnera pas :

utilisateur@ordinateur:~$ sudo echo 2 > /proc/acpi/thermal_zone/ATF0/polling_frequency

La raison de cet échec est que sudo n'exécute que la première tâche (echo 2) avec l'identité empruntée ; la redirection, elle, est effectuée en mode utilisateur uniquement.

La solution, pour contourner cette limitation, est d'appeler un nouvel interpréteur de commandes et de lui faire exécuter votre redirection de flux. Par exemple :

utilisateur@ordinateur:~$ sudo sh -c 'echo 2 > /proc/acpi/thermal_zone/ATF0/polling_frequency'

De cette manière, c'est tout l'interpréteur sh et la commande passée en argument qui est exécutée avec l'identité empruntée.

Options utiles

  • sudo -k termine une session sudo éventuellement ouverte, cela assure que la prochaine instruction sudo demandera bien un mot de passe.
  • sudo -s ouvre le shell spécifié dans /etc/passwd pour l'utilisateur cible (root par défaut).
  • sudo -i simule un login initial et ouvre le shell spécifié dans /etc/passwd pour l'utilisateur cible (root par défaut). Cela signifie que des fichiers spécifiques tels que .login ou .profile seront lus par le shell ainsi lancé.
  • sudo -E préserve l'environnement du shell depuis lequel la commande est lancée
  • sudo -u foo lance la commande en tant que l'utilisateur foo
  • sudo -g bar lance la commande avec le groupe bar spécifié (le groupe spécifié est le groupe primaire de l'utilisateur cible indiqué dans /etc/passwd)
  • sudo -i -u toto permet de se connecter en tant que l'utilisateur toto (ne pas utiliser ces options pour root)

À lire aussi


Contributeurs : AlexandreP, Chatalors, Damocles, Ju, eagle08, roschan , …



Le contenu de ce wiki est sous licence : CC BY-SA v3.0